Main d'Henry, l'histoire sans fin

Voir le site Téléfoot

Main d'Henry, l'histoire sans fin
Par Cedric ROUQUETTE|Ecrit pour TF1|2010-06-09T09:55:00.000Z, mis à jour 2010-06-09T09:55:00.000Z

Deux livres à peine parus reviennent sur la main de Thierry Henry, sept mois après la frénésie qui l'avait accompagnée. Karl Olive trouve que cet épisode symbolise des pans entiers du football d'aujourd'hui. Pascal Boniface règle son compte aux élites politico-médiatiques qui s'en sont emparés.

"L’encre coule encore." Karl Olive est bien placé pour le constater. Auteur de La Main maudite, il vient de consacrer un livre qui passe au peigne fin cinquante réactions, toutes différentes, toutes passionnelles, enregistrées sur la main de Thierry Henry dans la foulée du 18 novembre 2009. "On aurait pu en décrypter cent" sourit-il. Même avec six mois de recul, l'auteur des 225 pages se dit "surpris par la vigueur des réactions de personnes totalement étrangères au sport, parlant de valeurs morales, d’honnêteté, d’éthique sportive, assimilant cette main à un véritable crime, donnant des leçons"... " Dans le livre, explique-t-il, la main de Thierry Henry sert de point de départ à un large tour d’horizon du foot d’aujourd’hui : éthique, arbitrage vidéo, qualité de l’équipe de France, valeur de Raymond Domenech, FIFA, UEFA, etc." Karl Olive a trouvé ce déferlement "drôlatique". "Comme Titi Henry, les personnes qui ont réagi aussi ont agi par instinct. Des joutes verbales épidermiques qui ont entraîné également bien des dégâts" soutient-il.


Pascal Boniface, l'autre auteur à avoir consacré un ouvrage au sujet (Pourquoi tant de haine ?), a été beaucoup moins amusé par la déferlante. Spécialiste en relations internationales, grand connaisseur de football, il a rédigé avant la Coupe du Monde un authentique pamphlet propre à laver l'honneur de l'attaquant français. Les "censeurs prompts à s'exonérer de leurs propres turpitudes en désignant un bouc émissaire" ne ressortent pas indemnes de ces 120 pages. "Terrorisme intellectuel", "mépris à l'encontre du sport", "jalousie à l'encontre des sportifs", "lâcheté", "hypocrisie"... L'auteur ne recule devant aucune formule pour dire, à froid, sa sidération face aux positions effarouchées prises par une foule de "Je-sais-tout" auxquels il ne trouve qu'un point de commun : un profonde jalousie vis-à-vis du champion. "Quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt, nous dit le proverbe chinois. Quand la société française va mal, ses élites désignent la main de Thierry Henry", écrit Pascal Boniface dans sa brillante plaidoirie.

"
On a un peu tendance à brûler en un clin d’œil ce qu’on a encensé des années."


"Les sportifs, tous ceux qui ont déjà disputé une compétition, ont fait preuve de beaucoup plus de retenue et de mansuétude que les non-sportifs, confirme Karl Olive. L’athlète Stéphane Diagana, l’Anglais David Beckham et le meilleur footballeur du monde, l’Argentin Lionel Messi, ont avoué avec honnêteté qu’à la place de Thierry Henry, ils ne savent pas ce qu’ils auraient fait..." Le journaliste confirme qu'il a senti quelques réactions malsaines. "Certains ont profité de l’occasion pour se lâcher et dire tout le mal qu’ils pensent du foot… et de Raymond Domenech. L’occasion était belle de déplacer la main pour sortir la boîte à gifles. Sport universel, populaire, drainant beaucoup d’argent et de paillettes, le football attire tous les regards et suscite les réactions les plus excessives."


Cette main n'en finit pas d'escorter l'équipe de France depuis sa qualification. Ce week-end encore, un édito a fleuri autour d'elle. Une chaîne de restauration va offrir, en Irlande, une pizza par but encaissé par la France. Alors que le héros malheureux de l'affaire est devenu remplaçant, le pêché originel de la qualification de la France risque de refaire surface à la moindre occasion pendant la phase finale. "Je ne le pense pas, veut croire Karl Olive. Le jeu va prendre le pas sur toute autre considération, d’autant plus que Thierry Henry n’est même pas sûr d’être titulaire. Et il suffit à ce très grand joueur de réussir quelques belles actions pour faire oublier son geste. Il n’est pas devenu en un dixième de seconde un pestiféré après avoir été pris en exemple depuis des années dans son parcours avec les Bleus ou Arsenal. N’est pas recordman de buts en équipe de France qui veut… On a un peu tendance à brûler en un clin d’œil ce qu’on a encensé des années."


- Pourquoi tant de haines ? Par Pascal Boniface, Editions du moment, 120 pages, 9 euros.
- La Main maudite. Par Karl Olive. Editions du Rocher, 225 pages, 18 euros