Et maintenant, on joue avec qui ?

Voir le site Téléfoot

Et maintenant, on joue avec qui ?
Par etf1|Ecrit pour TF1|2010-06-22T14:15:06.000Z, mis à jour 2010-06-22T14:15:06.000Z

DOMENECH S'AFFIRME COMME LE PATRON


Lundi soir en conférence de presse, Raymond Domenech a eu du travail. Plus qu'à l'accoutumée. Parce qu'il était tout seul, tout d'abord. Mais aussi, et surtout, au vu de la déflagration qui a touché l'équipe de France ces derniers jours. Marginalisé, mis en échec par ses mutins de joueurs, Raymond Domenech a-t-il toujours les clés du navire ? En d'autres termes, le sélectionneur national sera-t-il le décisionnaire mardi lorsqu'il s'agira de coucher les noms des titulaires sur son paperboard ? Il assure que oui. "Vous n'êtes pas obligé de me croire mais j'ai toujours fait l'équipe. Personne ne m'a jamais dicté l'équipe que je devais aligner. Et ce sera pareil demain (mardi)." On veut bien croire l'ancien coach des Espoirs. Mais quel onze va-t-il aligner ? Lundi soir, il n'avait pas encore décidé.


UNE SEULE CERTITUDE : ANELKA ET TOULALAN SONT OUT


Nicolas Anelka et Jérémy Toulalan n'affronteront pas l'Afrique du Sud. Le premier a été exclu du groupe samedi en raison des insultes qu'il a proférées à l'encontre de Raymond Domenech, jeudi à la mi-temps du match face au Mexique. Quelques minutes plus tôt, Jérémy Toulalan avait perdu tout espoir de jouer ce troisième match des Bleus en raison d'un deuxième carton jaune, récolté en se sacrifiant pour l'équipe. Ces deux absents, Raymond Domenech va bien devoir les remplacer. Toulalan a son suppléant désigné. Il s'agit d'Alou Diarra, zéro minute durant cette Coupe du monde. Le Bordelais est le dernier milieu défensif du groupe France, aujourd'hui réduit à 21 unités. Quant au cas Anelka, plusieurs options s'offrent à Domenech. Il peut titulariser André-Pierre Gignac. Le Toulousain avait déjà suppléé l'attaquant de Chelsea en seconde période face au Mexique. A moins qu'il ne fasse confiance à Thierry Henry, si celui-ci n'a pas joué un rôle majeur dans la fronde, ou Djibril Cissé, qui ronge son frein depuis le début de la préparation.


LES MENEURS DE LA FRONDE ECARTES ?


Pour mettre sur pied un onze qui tienne la route, "l'important est de savoir ceux qui seront prêts physiquement et psychologiquement, ceux qui sont capables de passer au dessus de cet évènement qui est très lourd", a expliqué Raymond Domenech lundi soir. Qui sera prêt physiquement ? A peu près tout le monde, semble-t-il. Mis à part Patrice Evra qui a manqué deux des trois derniers entraînements (ndlr : samedi, il est resté avec Nicolas Anelka au Pezula) et qui, cerise sur le gâteau, pourrait être identifié comme l'un des meneurs de la fronde. Si tel était le cas, il pourrait perdre son brassard et sa place dans l'équipe. Lundi, le cas Evra a été mis sur le tapis. Sera-t-il présent sur la pelouse de Bloemfontein ? "Je n'ai pas encore fait l'équipe, a éludé Domenech. Je suis dans la réflexion, je verrai ça demain (mardi). Ce n'est pas une question de confiance mais la priorité est de savoir qui est prêt."


Evra est clairement sur la sellette. Tout comme "Gallas, Abidal, peut-être Henry qui est ami avec Anelka", cités par Henri Monteil, numéro 3 de la FFF, comme éventuels mutins en chef. Mis à part Henry, qui était sur le banc depuis le début du Mondial, les deux défenseurs centraux sont menacés. William Gallas - hors du coup face au Mexique - pourrait faire partie de ces joueurs qui n'ont plus envie d'en découdre. Sans trop se mouiller, on peut parier sur une titularisation de Sébastien Squillaci. Marc Planus peut se tenir prêt également. Au cas où.


MAUVAIS MAIS CONSERVÉS ?


Les événements récents ont quelque peu occulté les piètres performances de certains. Pourtant, lorsqu'il va mettre sur pied le onze de départ censé sauver l'honneur de l'équipe de France, Raymond Domenech ne va pas pouvoir faire abstraction du niveau de jeu insignifiant de plusieurs titulaires. Il y a bien évidemment Sidney Govou, passé jusqu'ici au travers des mailles du filet. Domenech a la possibilité de donner les clés du côté droit à Mathieu Valbuena ou à Djibril Cissé, qui a déjà évolué à ce poste lorsqu'il portait le maillot de Liverpool. Sur la même aile que Govou, mais un cran derrière, Bacary Sagna n'a pas ébloui par son talent durant le Mondial. Loin de là. Discret sur et en dehors du terrain, le Gunner ne semble cependant pas menacé. Florent Malouda, sans doute le moins mauvais face au Mexique, occupera le côté gauche. Abou Diaby sera également de la partie.


VERS UN MATCH RIBERY-GOURCUFF


C'est peut-être leur "finale". Qui tiendra les rênes du milieu de terrain de l'équipe de France face à l'Afrique du Sud ? Titularisé dans l'axe face à l'Uruguay, Yoann Gourcuff avait perdu sa place aux dépens de Frank Ribéry pour le deuxième match des Bleus. Raymond Domenech avait-il écarté Gourcuff en raison de sa performance - moyenne - ou avait-il indirectement cédé aux injonctions et au dictat de Ribéry et autre Anelka, désireux de voir le Bordelais quitter le navire ? Qu'importe. Les jours passés ont fait évoluer la donne. Ribéry a grandement déçu face au Mexique, perdu de son aura et ses sanglots à peine retenus lors de Téléfoot montrent un joueur touché mentalement. Y est-il encore ? Rien n'est moins sûr. Gourcuff pourrait revenir dans le jeu bleu.


L'équipe possible


Lloris - Sagna, Squillaci, Planus, Abidal ou Réveillère - Diaby, A. Diarra - Govou ou Valbuena, Ribéry ou Gourcuff, Malouda - Gignac.