"Maintenir un espoir"

Voir le site Téléfoot

'Maintenir un espoir'
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-10-20T17:22:00.000Z, mis à jour 2009-10-20T17:22:00.000Z

Après deux défaites en deux matches, Marseille aborde son déplacement de Ligue des Champions à Zurich avec une obligation de résultat "pour maintenir un espoir" de qualification en huitièmes de finale, affirme l'entraîneur de l'OM, Didier Deschamps.

DIDIER DESCHAMPS, la victoire à Nancy en championnat vous permet-elle d'aborder plus sereinement ce rendez-vous ?


D.D. : C'est mieux en effet d'être dans une spirale positive, car on restait sur deux défaites en championnat. Cette victoire est donc une bonne chose pour aborder un match décisif de Ligue des Champions, ne serait ce que pour la confiance et la sérénité. Beaucoup de choses m'ont satisfaites à Nancy, notamment l'efficacité offensive et défensive, car nous n'avons pas pris de but. Il y a eu aussi la bonne disponibilité de l'ensemble des joueurs, dans l'implication, la détermination et l'enthousiasme toute la rencontre.


Dès le tirage au sort, vous aviez souligné la nécessité de gagner les deux matches contre Zurich. C'est encore plus vrai aujourd'hui, au vu de votre situation...


D.D. : Je ne doutais pas en effet qu'une qualification passerait par là. Maintenant, après deux défaites, ce match doit nous permettre de maintenir un espoir de qualification. Mais nous avons beaucoup de respect pour cette équipe, mieux positionnée que nous après sa victoire à Milan.


Etes-vous d'accord avec l'idée que, contrairement aux matches devant le Real et Milan, l'OM aborde celui contre Zurich plutôt en favori ?


D.D. : Je ne sais pas si nous sommes réellement favoris. La seule chose qui pourrait peut-être permettre de le dire, c'est que le FC Zurich est issue du 4e chapeau. Mais au classement ils sont devant, et ils ont gagné à Milan ! Ce que je peux dire aussi, c'est que dans certains groupes, l'équipe du 4e chapeau est en-dessous. Et ce n'est pas le cas du FC Zurich d'après ce que j'ai vu d'elle, même si elle n'a pas un grand vécu international. A l'heure actuelle, on ne peut dire que Marseille est supérieur à Zurich.


Quel regard portez-vous sur le football suisse, dont l'équipe nationale s'est qualifiée pour la 2e fois consécutive pour un Mondial ?


D.D. : On voit peu, voire pas d'image du football suisse. Mais les résultats lui donnent de la crédibilité. Et le championnat suisse a toujours vu passer de bons joueurs étrangers qui vont ensuite vers d'autres clubs européens. Il y a toujours eu des joueurs intéressants dans les équipes majeures, comme au FC Zurich.


Précisément, que pensez-vous du FC Zurich ?


D.D. : Sur ses deux matches contre le Real et Milan, j'ai vu une équipe très déterminée, avec beaucoup d'enthousiasme, bien organisée, capable de bien défendre quand elle n'a plus le ballon, faisant preuve d'une certaine maturité tactique.