Manchester crispé ?

Voir le site Téléfoot

Manchester crispé ?
Par Eurosport|Ecrit pour TF1|2010-04-07T12:14:00.000Z, mis à jour 2010-04-07T12:14:00.000Z

Manchester United a souffert du même syndrome face au Bayern Munich et Chelsea : une tendance à se crisper sur sa défense. Lors du quart de finale retour de Ligue des champions, à Old Trafford, le "collectif" devra faire oublier l'absence de Rooney. A Ferguson de choisir les bons relais.

L'absence de Wayne Rooney pour le match retour de Ligue de champions entre Manchester United et le Bayern Munich a été définitivement entérinée par Sir Alex Ferguson mardi après-midi. Comme pour exorciser une blessure qui tombe au plus mauvais moment le staff médical des Reds lui-même avait entretenu un suspense inutile. Derrière Rooney, il y a une équipe qui doit trouver des solutions. Derrière Rooney, il y a une défense qui est trop statique depuis deux matches. Est-ce dû au comportement du bloc défensif ou à la qualité des adversaires ?


Au match aller (2-1 pour les Allemands), Sir Alex Ferguson avait opté pour un milieu de terrain dense et opportuniste. Cela a fonctionné deux minutes jusqu'au but de Rooney (2e). Ensuite, il s'est passé une chose rare : Manchester a progressivement reculé. La fatigue et la pression constante des Munichois a fait la différence. Tout particulièrement sur le côté droit des Mancuniens . Avec la vivacité de Park devant Gary Neville, et le soutien du récupérateur Fletcher de ce côté, (sans oublier Scholes côté droit), Ferguson pensait mettre des bâtons dans les jambes de l'entrejeu bavarois et de Frank Ribéry en particulier. C'est pourtant le Français qui, après avoir mis un excellent Neville à l'épreuve, a finalement obtenu gain de cause.


Mieux défendre en avançant


Quelques jours plus tard, face à Chelsea, c'est un autre Français évoluant sur le côté gauche qui a fait basculer la rencontre : Florent Malouda. Deux fois de suite, le scénario suivant s'est reproduit : le flanc droit résiste, souffre et toute la défense cède sur une erreur individuelle (Evra, deux fois en l'occurence). L'expérience de Neville, 35 ans, a permis de contrôler la vélocité des Français. Elle n'a pas permis à sa défense de faire reculer le Bayern et Chelsea. Si c'est un signe encourageant pour l'équipe de France, c'est un problème délicat pour Ferguson.


Par deux fois, son équipe a cédé à la tentation de reculer d'un cran. Encaisser deux buts, c'était arrivé quelques fois à Manchester cette saison, mais à chaque fois avec une défense différente. Encaisser deux fois deux buts de suite, une seule fois (Après Milan 3-2, et Everton 1-3 en février). "Ce sont deux mauvais résultats, cela n'arrive pas souvent ici et il faut nous en remettre", a souligné Ferguson. Mais la meilleure façon de s'en remettre est de produire une meilleure performance collective que ce que nous avons fait en Allemagne."


Manchester à "Hold" Trafford (To hold = tenir) ?


Avec son quatuor le plus performant Neville - Ferdinand, Vidic -Evra, jamais. Rio Ferdinand a une vision du jeu exceptionnelle, un gabarit imposant, mais il n'a pas beaucoup joué cette saison et il est moins rapide. Patrice Evra est très efficace dans son couloir et plus fébrile quand il revient d'axe, et malgré la présence agressive de Nemanja Vidic et le travail rassurant de Gary Neville, le bloc a besoin d'un intense travail des milieux pour relancer le jeu. "Ils ont peut-être encaissé un ou deux buts ici ou là, remarque par ailleurs Louis Van Gaal, entraîneur du Bayern Munich, mais ils en ont marqué trois ou quatre ! Leur équipe est très structurée et je suis jaloux: Alex Ferguson dispose de plein de joueurs capable de gagner les matches, nous de deux (Robben et Ribéry, ndlr)".


A côté de Michael Carrick et Darren Fletcher, bons récupérateurs, le choix des milieux offensifs sera décisif. Avec Ronaldo l'an passé, et Rooney cette année, Ferguson disposait d'un joueur capable de "drainer" le jeu vers l'avant en attirant la balle, et les adversaires... Sans Rooney, sachant que Berbatov est un peu plus décalé sur la droite et qu'il est plus à l'aise en pivot, Ferguson devra choisir entre les options Nani, Antonio Valencia, Paul Scholes, Ryan Giggs et Park Ji-Sung pour animer la remontée du ballon et aller chercher le but de retard. Soit garder de la vitesse dans la transmission de balle, la marque de fabrique du club, sans offrir trop d'espace; et donner du corps à une équipe qui perd son identité quand elle se crispe sur le travail défensif.