Manchester United : quel est le niveau réel de Romelu Lukaku ?

Voir le site Téléfoot

lukaku
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-07-09T13:02:34.339Z, mis à jour 2017-07-09T13:02:36.298Z

Attendu à Chelsea, Romelu Lukaku a choisi Manchester United. La somme investie par les Red Devils est-elle à la hauteur de ses performances ?

Manchester United et Everton se sont entendus pour un transfert de Romelu Lukaku chez les Red Devils, en quête d’un attaquant de classe mondiale pour palier le départ de Zlatan Ibrahimovic. La somme investie pourrait tutoyer les 100 millions d’euros. Le Belge les vaut-il ?

Un profil qui divise

Pour certains, Romelu Lukaku est l’attaquant qui a beaucoup déçu durant l’Euro 2016 avec sa sélection. Pour d’autres, le formidable finisseur d’Everton qui soigne ses statistiques de saison en saison en Premier League : 10 buts en 2014/2015 (5 passes décisives), 18 en 2015/2016 (6 passes décisives) et 25 en 2016/2017 (6 passes décisives). Encore jeune - il n’a que 24 ans -, Lukaku a encore une belle marge de progression. C’est sans doute ce qui pousse Manchester United à mettre autant d’argent sur la table, nonobstant le fait que les prix s’envolent naturellement dans le championnat anglais.

Des qualités physiques indéniables

Grand (1m90) et puissant (94 kilos), Romelu Lukaku est un monstre physique pouvant rappeler un certain Didier Drogba. Soit le genre d’avant-centre qui plaît beaucoup à José Mourinho, même si ce dernier ne l’avait pas retenu en 2014 quand il a quitté Chelsea pour Everton. Sa qualité de finition s’améliore d’année en année : de 13,2 % en 2014/2015 à 29,1 % en 2016/2017, ce qui est de bon augure pour la suite. A l'arrivée, ses détracteurs n’ont donc d’autres choix que de s’incliner face à ses statistiques parlant pour lui.

Attendu au tournant

Bien évidemment, son arrivée à Manchester United sera particulièrement suivie, surtout au vu des efforts financiers consentis par les dirigeants. Il a déjà l’avantage de connaitre parfaitement la Premier League, une sacrée force. Alors qu’on l’attendait plutôt à Chelsea, le Belge n’a finalement pas hésité, « Qui refuserait le plus grand club du monde ? Maintenant, il est temps de travailler, de travailler plus dur que je ne l'ai jamais fait et je suis prêt à le faire. » Et, en prime, il est motivé… Du tout bon pour Mourinho.