Dans l'actualité récente

Manchester United : Rooney est-il rouillé ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-10-09T14:14:16.037Z, mis à jour 2016-10-09T14:38:37.961Z

Comme bon nombre de joueurs avant lui, Wayne Rooney paye au prix fort le nombre d'années passées sur les pelouses. D'où cette question : les talents précoces sont-ils condamnés à s'essouffler plus vite ?

Wayne Rooney n'est plus l'ombre du joueur fantastique qu'il a été. Un déclin irréversible ?

Equipe de France : Pogba en question

Rooney contesté en club et en sélection

Le meilleur buteur de l’histoire de Three Lions avec 53 réalisations vit une période difficile. Cible des critiques avec Man United, il l'est également avec la sélection nationale. Cela fait maintenant un an que ses performances déclinent, avec en point d’orgue un Euro moyen, conclu précocement par une défaite surprise contre l’Islande (2-1). Ce soir-là, malgré son ouverture du score sur penalty, il semble, comme ses partenaires, perdu sur la pelouse. De la même manière, il devient également de moins en moins décisif en club. Sur l’exercice 2015-2016, il ne fait trembler les filets qu’à huit reprises, son plus faible total depuis son arrivée à Manchester en 2004. Cette saison il n’est crédité que d'un but et deux passes décisives. Le brassard qu'il arbore toujours à son bras sonne davantage comme un hommage, comme une manière de le remercier pour services rendus.

Rooney n'échappe pas à la règle

Pour le Daily Mail, Wayne Rooney fait partie de ces joueurs, comme Michael Owen, Joe Cole et autre Fernando Torres qui ont démarré si jeunes qu’ils se crament dès la trentaine entamée. L'attaquant de MU, aujourd'hui âgé de 30 ans, a foulé les pelouses de Premier League sous la tunique d'Everton dès l'âge de 16 ans devenant même le plus jeune buteur de l'histoire du championnat à 16 ans et 360 jours. Quatorze ans et 607 matches plus tard, soit déjà bien au-delà des standards d'une carrière pro, les signe de fatigues (et de déclin?) sont légitimes.

Une fin de carrière en pente douce

30 ans, c'est l'âge auquel Joe Cole, lui-aussi un un talent précoce (débuts professionnels à 17 ans avec West Ham) a commencer à disparaitre des écrans radars. Les clubs de Lille, West Ham, Coventry puis Tampa Bay ont accompagné cette lente mais inéluctable extinction de son talent. Parcours quasi-identique pour Mickael Owen qui a signé son premier contrat pro avec les Reds de Liverpool à 17 ans. Après un Ballon d'Or (2001), pléthore de buts sous le maillot de l'équipe nationale et de Liverpool principalement (262 buts en 571 matches), la pépite anglaise déclinera à son arrivée sur les bords de la Mersey en 2009. Il a alors 30 ans lui-aussi. L'Espagnol Fernando Torres, s'il fait encore la une avec son club de toujours l'Atlético Madrid, a lui-aussi une traversée du désert la trentaine venue. S'il se refait une santé au sein d'un collectif bien rôdé, il n'est aujourd'hui que l'ombre du joueur que toute l'Espagne idolâtrait dans sa prime jeunesse (débuts à 17 ans avec l'Atlético).  Pas évident que Wayne Rooney échappe à ce destin...