Dans l'actualité récente

Marcelo fête ses 10 au Real Madrid : ce qui a changé dans le football depuis cette époque

Voir le site Téléfoot

error
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2016-11-15T18:21:08.557Z, mis à jour 2016-11-15T18:29:50.447Z

Cela fait déjà 10 ans que Marcelo, 28 ans, a signé au Real Madrid. Une date anniversaire célébrée par les Merengue. Et une nouvelle occasion pour Téléfoot de se replonger dans le passé.

Le temps passe à une vitesse folle. Marcelo s’est installé durablement dans l’effectif du Real Madrid. Et pour cause : cela fait 10 ans qu’il évolue chez les Merengue ! Et c’est bien parti pour durer puisqu’il n’a que 28 ans. Le latéral gauche brésilien est arrivé en Europe directement dans la cour des grands, après seulement 30 matches à Fluminense, son club formateur.

Le Real Madrid a célébré ce petit anniversaire sur les réseaux sociaux. En 10 ans, bien des choses ont changé, pour Marcelo et pour le football tout court d’ailleurs… Rappelez-vous.

A l’époque où Marcelo signait au Real Madrid…


- Il avait les cheveux courts ! Difficile à imaginer aujourd’hui tant nous sommes habitués à sa coiffure hirsute (voir plus bas).

- Son concurrent direct au poste de latéral gauche était l’un de ses plus illustres compatriotes : Roberto Carlos. L’homme aux coups francs diaboliques achevait sa 11e et dernière saison au Real.

- Fabio Capello était l’entraîneur d’un Real Madrid hyper défensif. Lui succèderont Bernd Schuster, Juande Ramos, Manuel Pellegrini, José Mourinho, Carlo Ancelotti, Rafael Benitez et Zinedine Zidane. Le compte est bon : 8 coachs en 10 ans pour Marcelo. Ainsi que trois Ligas, deux Ligues des champions, deux Coupes du Roi, deux Supercoupes d’Europe, un Mondial des clubs…

- La colonie brésilienne du Real était conséquente : il y avait donc Marcelo et Roberto Carlos, mais également Cicinho, Emerson, Robinho, Julio "La Bête" Baptista, ainsi que… Ronaldo. Ce dernier vivait ses dernières semaines à Madrid. Peu après, il rallia l’Italie et l’AC Milan.

- La recrue principale de l’été du Real venait de Ligue 1 : il s’agissait du Lyonnais Mahamadou Diarra. Le Malien rejoint la Maison Blanche pour 26 millions d’euros. Autre arrivée notable : celle de Ruud van Nistelrooy, qui terminera pichichi avec 25 buts en 37 matches pour sa première année en Espagne.

- Le mercato d’hiver du Real fut très animé. Outre Marcelo, les Merengue attirèrent un milieu de terrain argentin prometteur : Fernando Gago. Ils recrutèrent aussi un attaquant à la double nationalité dont on parlait beaucoup et qui plaisait à Raymond Domenech. Malheureusement pour l’ex-sélectionneur des Bleus, cet oiseau rare préféra l’Albiceleste. Ce joueur, c’est Gonzalo Higuain. Pour rappel, le PSG chercha aussi à l'attirer, sous forme de prêt. Et il échoua. C'était un PSG d'avant QSI. A l'époque, les propriétaires étaient les Américains Colony Capital, Morgan Stanley et Butler Capital...


- Il n’y avait plus de Français dans les rangs du Real Madrid. Quelques mois plus tôt, Zinedine Zidane avait pris sa retraite. "Zizou", qui acheva sa carrière avec les Bleus sur un coup de tête lors de la finale de la Coupe du monde perdue face à l’Italie, prenait alors quelques mois de repos avant d’entamer une carrière de dirigeant au Real, puis d’entraîneur… on sait où.

- Après deux saisons à espérer voir Jonathan Woodgate redevenir de façon durable footballeur professionnel, le Real jeta l’éponge et envoya l’Anglais en prêt à Middlesbrough. La carrière du défenseur au Real reste comme l’un des plus grands flops du club. Le passage mouvementé d’Antonio Cassano à la même époque ne fut pas plus réussi.

Ce qui a changé dans le football depuis que Marcelo a débuté au Real Madrid


- Le Real Madrid a réalisé son rêve de la Decima, la 10e Ligue des champions de l’histoire du club. C’était en 2014, soit 12 ans d’attente pour le club le plus titré de la compétition. Le Real en a même accroché une 11e cette année.

- L’Espagne s’est transformée en machine à gagner. Jusqu’en 2006, c’était la Roja perdante, seulement couronnée une fois lors de l’Euro 1964. Derrière, il y eut les sacres lors de l’Euro 2008, du Mondial 2010 et de l’Euro 2012. Une hégémonie unique dans l’histoire du football.

- Vikash Dhorasoo a pris sa retraite. Juste avant l’arrivée de Marcelo au Real, il est passé de buteur décisif en finale de la Coupe de France 2006 (PSG-OM 2-1) à remplaçant-caméraman lors de la Coupe du monde en Allemagne. Peu après, il se brouilla avec Guy Lacombe à Paris et se fit licencier. Depuis, on l’a vu engagé en politique, chroniqueur, joueur de poker, candidat à la présidence de la FFF, auteur de livres…

- Karim Benzema s’est révélé au plus haut niveau. En 2006-2007, il poussait à l’OL derrière Fred, Sylvain Wiltord, Loïc Rémy, John Carew, Milan Baros… La saison suivante, Benzema devint l’arme fatale de l’OL, découvrit les Bleus, puis rejoignit Marcelo au Real en 2009.

- David Beckham a pris sa retraite. Michael Owen aussi. Paul Scholes aussi. Rio Ferdinand aussi. Sol Campbell aussi. Owen Hargreaves aussi. Jamie Carragher aussi. Bref, toute une génération d’Anglais talentueux mais jamais récompensés dans les grandes compétitions. Frank Lampard, Steven Gerrard et John Terry, eux, terminent doucement leurs carrières aujourd’hui.

- L’Allemagne a renoué avec le succès. En 2006, la Nationalmannschaft perdait ses illusions lors de sa Coupe du monde chez elle en demi-finale contre l’Italie, future lauréate. Les Allemands patienteront jusqu’en 2014 pour vaincre à nouveau, lors du Mondial au Brésil. Ils auront patienté 18 ans pour soulever un trophée. La dernière fois, c’était en 1996, lors de l’Euro en Angleterre. La génération Müller, Neuer, Özil, Hummels, Lahm et autres succédaient à celle de Bierhoff, Sammer, Klinsmann, Scholl