Marouane Fellaini, le véritable Diable Rouge

Voir le site Téléfoot

error
Par Emmanuel GUERIN|Ecrit pour TF1|2013-10-16T16:06:00.000Z, mis à jour 2013-10-17T13:01:25.000Z

Le milieu de terrain belge se rappellera longtemps de l'année 2013. Durant l'été, il a rejoint Manchester United, l'un des plus grands clubs du monde. Quelques mois plus tard, la Belgique a validé son billet pour le Mondial brésilien. Formidable.

Le football belge est à la mode en ce moment. Les Diables Rouges viennent de se qualifier pour la Coupe du Monde 2014, ils évoluent dans les plus grands clubs du monde et pratiquent un jeu flamboyant. Rouage essentiel de la formation de Marc Wilmots, Marouane Fellaini est un travailleur de l'ombre. Le polyvalent milieu de terrain a quitté Everton après cinq années afin de rejoindre Manchester United. Un nouveau défi débute pour lui. Probablement le plus difficile de sa carrière.

Le foot, de père en fils
Le football est une histoire de famille chez les Fellaini. Le père de Marouane est un ancien gardien de but marocain du Raja Casablanca et du Hassania d'Agadir. Alors, il est normal que le joueur de 25 ans ait suivi les traces de son père. Durant sa formation, il fréquente de nombreux clubs belges (RSC Anderlecht, RAEC Mons, Francs Borains et Sporting de Charleroi) avant de rejoindre en 2005 l'un des clubs les plus renommés du pays : le Standard de Liège.

A peine une saison après son arrivée, Marouane Fellaini intègre le groupe professionnel. Il fait ses débuts avec le Standard quelques semaines après en disputant une rencontre du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions contre le Steaua Bucarest. Dès sa première saison comme professionnel, le milieu de terrain impressionne. Il dispute 30 rencontres de championnat (Jupiler League), ce qui lui ouvre les portes de la sélection nationale belge.



Le choix du Diable
Vient l'heure du choix pour le Belgo-marocain. Un premier tournant dans sa carrière. Le 7 février 2007, il dispute son premier match avec les Diables Rouges face à la République Tchèque. Une rencontre amicale qui ne l'oblige pas à choisir définitivement la nationalité belge. Mais quelques jours plus tard, il décide, alors qu'il avait évolué avec la sélection olympique marocaine auparavant, de porter la tunique des Diables Rouges. Une décision qu'il ne doit certainement pas regretter aujourd'hui, à quelques mois de s'envoler pour le Brésil.

Fort de ce statut d'international, Marouane Fellaini exige une revalorisation salariale durant l'été 2007. Le club liégeois finit par plier devant les menaces du joueur. Heureusement, ces tumultes ne le perturbent pas. Le joueur du Standard réalise une grande saison et devient indiscutable avec l'équipe nationale, à seulement 20 ans. Au terme de cette saison, il décroche ses premiers titres. Collectivement, son équipe remporte le championnat. A titre individuel, il reçoit le Soulier d'ébène, récompensant le meilleur joueur africain ou d'origine africaine.

L'exode en Premier League
Sous la houlette de Michel Preud'homme, Fellaini a pris une nouvelle dimension. C'est pourquoi Everton n'hésite pas à débourser 18,5 millions d'euros lors du mercato estival pour s'offrir ses services. Une somme en adéquation avec le talent de son fils selon Abdellatif Fellaini. « C'est normal que ce soit un super transfert puisque Marouane est un super joueur. Pour avoir un autre joueur comme lui, la Belgique devra encore attendre longtemps. Je suis content qu'il parte et je suis très fier de lui ».

A 20 ans, Fellaini devient le joueur le plus cher de l'histoire des Toffees. Sa réussite est immédiate. Dès sa première saison, il dispute 30 rencontres de Premier League et marque à 8 reprises. Une adaptation au championnat anglais rendue facile par ses qualités athlétiques hors norme. A croire que la Premier League et le jeu box to box étaient faits pour lui. En Angleterre, l'ancien joueur du Standard rayonne et devient rapidement l'un des meilleurs joueurs d'Europe.



Le soldat de David Moyes
Pendant cinq saisons, Marouane Fellaini évolue sous les ordres de David Moyes à Everton. Le Belge est un pion essentiel de l'équipe du technicien écossais, quel que soit le poste ou le système de jeu. En général, le milieu des Diables Rouges évolue dans l'entrejeu. Ses caractéristiques physiques et techniques lui permettent d'être un milieu axial complet, capable de défendre et de vite se projeter vers l'avant. Mais Fellaini est polyvalent et son entraîneur le déplace au gré de ses besoins.

Selon les schémas utilisés par David Moyes, Marouane Fellaini joue aussi bien au poste de milieu défensif que milieu offensif voire en attaque. L'an passé, le technicien écossais a fréquemment aligné le Belge en soutien de l'attaquant. Un positionnement dans lequel il a brillé (11 buts en 31 matches de Premier League). Le natif de Bruxelles aime être proche du but mais les tâches défensives ne le dérangent pas. Il s'imagine même en défenseur central. « Je suis grand et fort de la tête. Je pourrais un jour évoluer dans l'axe de la défense ».

Dans la cour des grands
Cet été, David Moyes a pris la direction de Manchester United, en remplacement de la légende Sir Alex Ferguson. Depuis plusieurs saisons déjà, les Red Devils cherchent le successeur de Paul Scholes, une tâche loin d'être aisée. A plusieurs reprises, les Mancuniens ont tenté d'enrôler le milieu belge, sans réussite. Mais en août dernier, le manager écossais a fait le forcing pour recruter son poulain. Les dirigeants de Manchester ont réalisé son souhait. Montant de l'opération : 32 millions d'euros.

En rejoignant United, Fellaini intègre l'une des plus grandes équipes du monde, avec toute la pression que cela comporte. Mais le colosse n'est pas du genre à se démonter. Il va bonifier le jeu de Manchester, il en est certain. « Tous les joueurs rêvent d'intégrer un jour Manchester United, et je crois que je peux apporter une réelle contribution à la quête de trophées de l'équipe à l'avenir », a-t-il déclaré à son arrivée. Il faut désormais le prouver. Un défi à la hauteur du géant Marouane.

>Retrouvez le Document de Téléfoot consacré à la sélection belge.

error