Marseille - Lorient (2-2), le raté de trop ?

Marseille - Lorient (2-2), le raté de trop ?
Hier soir, l'Olympique de Marseille n'a pas pu faire mieux qu'un match nul sur le terrain de Lorient (2-2). Cette nouvelle occasion manquée laisse une voie royale aux Lillois pour le titre.

Le match disputé par les Marseillais à Lorient, hier, a constitué une belle illustration de leur saison. Sur 90 minutes, l'on a revu l'équipe que l'on voit tous les week-ends depuis 10 mois : inconstante, parfois passive, capable de fulgurances comme de fautes d'inattention.



Un début pied au plancher


La mission des Marseillais, hier soir au Moustoir, était claire : mettre la pression sur Lille en revenant provisoirement à un petit point, avant le match des Lillois face à Sochaux, mercredi. Pour cela, les joueurs de Didier Deschamps devaient l'emporter à Lorient, ce qu'ils ont fait les trois dernières saisons. Et ils rentrent très bien dans le match, profitant des espaces laissés par une équipe plutôt joueuse. Loïc Rémy, en très grande forme, ouvre le score à la 14ème minute, au bout d'un raid solitaire.



Les Marseillais ne tuent pas le match, et s'en mordent les doigts


Dans ce match enlevé, les phocéens se créent de nouvelles occasions, et Matthieu Valbuena manque la cible, à quelques mètres du but ouvert, à la 24ème minute. Lorient revient ensuite petit à petit dans la partie, et attaque la deuxième mi-temps très fort. Le jeune défenseur Lamine Koné égalise de la tête sur corner, à la 47ème minute. Marseille est groggy, ne se montre dangereux que sur des initiatives individuelles, et Gameiro double la mise à la 80ème minute.




La balle de match pour Cheyrou


Là où beaucoup d'équipes lâcheraient mentalement, l'OM de Didier Deschamps refuse d'abdiquer sans combattre. Grâce à un but d'André-Pierre Gignac (88ème), entré en jeu, les ciel-et-blanc nous rappellent pourquoi ils sont encore champions en titre, et pourquoi ils seront certainement les dauphins du LOSC. Mais l'action qui restera dans les mémoires sera sans doute cette tête de Benoît Cheyrou, qui ne parvient pas à pousser une remise de Rémy dans les buts, à moins de 2 mètres de la ligne.


Cette image hantera sans doute les nuits de Didier Deschamps, furieux au coup de sifflet final. Pourtant, les Marseillais ont perdu le titre bien avant, et la liste des occasions manquées est désormais trop longue pour un champion...

News associées