Marseille et Toulouse se neutralisent pour le dernier match de la première journée

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-08-14T20:59:12.259Z, mis à jour 2016-08-14T20:59:34.436Z

L'OM et le TFC ont livré un piètre spectacle pour le dernier match de la première journée. Le score vierge et nul est des plus logiques.

Marseille et Toulouse ont partagé les points en clôture de la première journée, au terme d’une rencontre assez pauvre en occasions.

La reconstruction marseillaise

Rome ne s’est pas faite en deux jours. Marseille non plus, d’ailleurs. L’OM doit se reconstruire après une saison noire et, pour lui, démarrer une saison à domicile est toujours aussi compliqué. Plutôt que de galvaniser ses troupes, le Vélodrome a tendance à les tétaniser et, en douze ans, les Marseillais n’ont jamais démarré par une victoire. Toulouse, miraculé de l’exercice précédant, n’a pas voulu les aider non plus à briser cette malédiction. Et, à l’arrivée, c’est un score vierge et des sifflets qu’ont reçus les hommes de Franck Passi.

Pas assez juste techniquement

On ne remplace pas Ben Yedder comme ça. Mais, dans le jeu, les Toulousains ont bousculé les Marseillais en première période. Il leur aura manqué un peu de justesse dans les derniers gestes pour faire trembler les filets alors que, techniquement, le match a été d’une pauvreté assez effarante. Par intermittence, le duo Thauvin/Cabella a montré des belles choses. L’ancien montpelliérain a même trouvé le poteau (25e). Mais c’est du côté de la défense que le chantier est plus urgent et inquiétant. Après la pause, l’OM a montré un peu plus d’envie, sans doute le fruit d’un sursaut d’orgueil, et Bafétimbi Gomis a même eu la balle du 1-0 à deux reprises, coup sur coup (63e et 64e). Mais dans un match qui aurait pu basculer à tout moment pour l’une ou pour l’autre des équipes, le nul est assez logique.

Une saison longue pour l’OM ?

La situation n’est pas aussi alarmante qu’à pareil moment la saison dernière. Rappelez-vous, à l’issue de la première journée, une piètre défaite à l’époque, Marcelo Bielsa rendait son tablier à la surprise générale. Aujourd’hui, ce cauchemar a été oublié et les soucis sont moindres. Il faudra cependant que les supporters fassent montre de patience et d’un peu plus d’indulgence. Car, de toute évidence, Marseille ne se (re)fera pas en deux jours.