Matches truqués : la France est-elle concernée ?

Voir le site Téléfoot

Frédéric Thiriez
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-02-05T13:57:00.000Z, mis à jour 2013-02-06T14:13:29.000Z

L'annonce lundi par Europol du démantèlement d'un vaste réseau de matches de football truqués a eu l'effet d'une bombe. Mais la France est-elle concernée par ce scandale ?

L'un des premiers à s'interroger publiquement sur l'implication de la France dans ce réseau de matches truqués est Frédéric Thiriez. Le président de la LFP se dit même prêt à se porter partie civile si ces accusations concernaient des compétitions françaises.

Le courrier de Thiriez à Europol
L'AFP révèle le courrier envoyé par Frédéric Thiriez au directeur général d'Europol suite aux accusations portées par l'organisme européen lundi. Le président de la LFP souhaite savoir « si les soupçons de matches truqués concernent l'une des compétitions dont la LFP a la charge. Si tel était le cas, je saisirais immédiatement les autorités disciplinaires compétentes et me porterais partie civile devant toute juridiction. Dans le cas contraire, je pourrais mettre un terme publiquement aux interrogations que votre conférence de presse a légitimement fait naître. »

L'affaire prend de l'ampleur
Rappelons que l'enquête menée par Europol depuis un an dévoile l'existence d'un réseau criminel, soupçonné d'avoir truqué 680 matches de football. Un nombre en augmentation donc, puisque 380 rencontres avaient été mentionnées lors de la conférence de presse d'Europol, principalement en Europe. Le scandale s'étendrait à tous les continents, même si les championnats allemand, suisse et turc sont les seuls à avoir été évoqués pour le moment. Sans parler des deux matches de Ligue des champions et de certaines rencontres de qualification pour la Coupe du monde.

Singapour dans l'œil du cyclone
L'enquête d'Europol affirme également que l'un des points névralgiques du réseau se trouve à Singapour. Le cartel basé à Singapour serait à l'origine de paris sportifs ayant recouru à des matches truqués à partir de 2008, engrangeant ainsi plus de 8 millions d'euros de bénéfices. Singapour est pourtant classé par différentes organisations internationales parmi les pays les moins corrompus.

L'affaire des matches truqués dans le football n'a donc pas fini de faire jaser. Reste à savoir si la France peut être elle aussi concernée.