Médias : Ces journalistes de sport convoitées

Voir le site Téléfoot

error
Par Stéphane Renaux|Ecrit pour TF1|2014-08-31T13:20:00.000Z, mis à jour 2014-08-31T13:32:35.000Z

La journaliste belge Hilde van Malderen a publié un ouvrage dans lequel elle évoque le harcèlement dont elle fait l'objet dans la planète football.

Speelgoed, l’ouvrage de notre consœur flamande de la télévision Sporting Telenet, fait l’effet d’une bombe dans le milieu du ballon rond. Le site Het Laastste Nieuws a dévoilé certains passages.

Journaliste de terrain

"Je peux vous assurer que le taux de testostérone d'un joueur moyen est très élevé. Les footballeurs sont riches, connus et ont beaucoup, beaucoup de temps libre. Leurs partenaires ne savent rien. Ou bien elles ne veulent pas savoir". Voici ce qu’a déclaré Hilde van Malderen, reporter depuis quelques années au bord des pelouses pour la chaîne Sporting Telenet. La journaliste, qui a partagé la vie de l’ancien buteur de Lokeren Aristide Bancé, sait donc de quoi elle parle. Étant la cible de certains joueurs, entraîneurs, arbitres ou encore de journalistes, elle a décidé de révéler au grand jour ce qui ne paraissait que rumeurs et supputations jusqu’à présent.

SMS coquins

"J'espère qu'on pourra se revoir en dehors du football. N'as-tu pas envie d'apprendre à connaitre l'homme derrière le joueur ?", a écrit un défenseur d’Anderlecht. "Je ne peux pas m'empêcher de rêver de toi", a avoué un arbitre. "Je pense que tu es une chaude lapine", a indiqué un journaliste. "Mardi, nous deux dans les toilettes de l'aéroport de Zaventem... À voir si tu as les tripes...", a affirmé un joueur de Bruges. "Sais-tu que j'aime boire du champagne ? J'aimerais en verser sur ton corps et le lécher partout", a reconnu un ancien membre du club brugeais. "Je ne cherche pas une relation sérieuse car je suis marié. Mais tant que tu n'as pas de petit ami, j'aimerais devenir ton sexfriend", a demandé un milieu de terrain de Zulte-Waregem.

Nombreuses réactions

Des propositions indécentes qui sont unanimement condamnées par les femmes journalistes. Certaines, comme Anne Ruwet, journaliste pour Standard TV et RTL, fixent une limite. "Pour qu'un joueur puisse envoyer un SMS, il faut déjà qu'il ait mon numéro. Or, je ne le donne pas, donc je n'ai jamais été confrontée à ce genre de situation et c'est très bien comme ça".

D’autres, comme Marion Aydalot, journaliste pour Europe 1, ont déjà eu affaire à ce phénomène. "J’ai suivi beaucoup de joueurs du PSG depuis que je suis journaliste. Et c’est vrai que j’ai reçu quelques propositions par textos. L’un d’eux voulait que je vienne faire un jacuzzi chez lui. Mais il y a un autre joueur pour qui c’était obsessionnel. C’était tout simplement devenu impossible de travailler avec lui".

Néanmoins, Émilie Dupuis (animatrice) et Johanna Pierre (Dernière Heure) émettent des critiques sur les effets de ce livre. "Je trouve que ce n’est pas très professionnel de la part de Hilde Van Malderen de balancer tout cela. On ne lave pas son linge en public : elle aurait dû s’adresser directement aux intéressés", a assuré la première. "Beaucoup de filles ont déjà vécu ce que cette journaliste écrit, soit se faire draguer, et toutes n'écrivent pas un livre pour autant", a expliqué pour sa part la seconde.

Enfin, la journaliste de beIN Sports Anne-Laure Bonnet ne cache pas sa stupéfaction sur ce sujet. "C'est surréaliste cette histoire. Que ce soit en France ou en Italie où j'ai exercé - et pourtant en Italie ils peuvent être chauds - jamais ça ne m'est arrivé. Et que l'avenir m'en préserve (rires). Car là c'est d'une telle violence, c'est inimaginable. Chez nous, nos footballeurs sont des gens biens apparemment".