Mené 2 à 0, le Real Madrid est revenu de l’enfer pour battre Villarreal

Voir le site Téléfoot

Gareth Bale - Real Madrid
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-02-26T22:39:35.181Z, mis à jour 2017-02-26T22:44:02.842Z

Mal embarqué dans un match a priori accessible, le Real Madrid s'est arraché pour battre Villarreal. La victoire était indispensable après celle du FC Barcelone quelques heures plus tôt.

Battu par Valence il y a quelques jours, le Real Madrid a failli enchaîner une deuxième défaite de rang à Villarreal. Mais, menés 2 à 0, les hommes de Zidane ont su inverser la tendance pour s’imposer et reprendre sa place de leader. Toujours avec un match en moins.

Pas le droit à l’erreur

Après le succès du FC Barcelone sur la pelouse de l’Atlético Madrid, le Real Madrid, qui compte toujours un match en moins, n’avait pas vraiment le droit à l’erreur. Les Merengue, qui retrouvaient ce dimanche soir la BBC dès le coup d’envoi, ont leur destin entre les mains mais, avant de penser au titre, il fallait déjà digérer l’épisode Valence. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne se sont pas facilités la tâche... Car ils ont été menés 2 à 0 après des réalisations signées Trigueros (50e) et Bakambu (56e). Mais alors que se profilait une deuxième déroute d’affilée, le Real Madrid a sorti son costume de patron pour en planter trois dans les trente dernière minutes.

Bale allume la mèche, Morata finit le travail

La lumière est d’abord venue d’Isco, à l’origine du visage beaucoup plus conquérant du Real après son entrée en jeu à la place de Casemiro. Elle a été concrétisée par Gareth Bale, bien servi par Carvajal (64e). Elle a été confirmée par un penalty très litigieux transformé par un Ronaldo (74e), loin d’être dans sa meilleure forme mais ajoutant une ligne à son palmarès individuel : personne n’a plus réussi de penaltys que lui en Liga. Pour terminer le job, Zidane a sorti de son chapeau magique un certain Alvaro Morata. L’Espagnol, qui mériterait d’être titulaire, a offert la victoire aux Merengue sur un centre de Marcelo consécutif à une récupération d’Isco (83e). Vous l’aurez compris, le Real doit beaucoup à ses remplaçants.

Le Real reprend son trône

Les Madrilènes ont bien failli terminer la semaine sur une nouvelle fausse note, qui aurait été synonyme d’une deuxième place au classement. Finalement, ils reprennent leur fauteuil de leaders, toujours avec un point d’avance sur le FC Barcelone. Mais cette victoire à l’arrachée et obtenue dans la douleur dessinent un effectif orgueilleux et désireux de transformer ses rêves en trophées. Le caractère, plus que la manière.