Mercato : Courtisé par l’OM et la Chine, Dimitri Payet pourrait finalement rester à West Ham

Voir le site Téléfoot

RTX2WJIK
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2017-01-19T17:28:00.003Z, mis à jour 2017-01-19T17:28:15.847Z

Parti au bras de fer avec ses dirigeants pour rejoindre l’Olympique de Marseille cet hiver, Dimitri Payet est toujours un joueur de West Ham. Son entraineur estime d’ailleurs qu’il pourrait continuer sa carrière à Londres.

Quelques jours après avoir entamé un bras de fer avec West Ham pour rejoindre l’Olympique de Marseille, Dimitri Payet s’entraîne toujours avec l’équipe réserve des Hammers. Malgré les appels du pied répétés de l’OM et de la Chine, le joueur n’a toujours pas pris l’avion. Et il pourrait bien ronger son frein encore quelques temps…

Payet prêt à baisser son salaire pour l’OM

Auteur d’une première moitié de saison décevante (18 matches de Premier League, deux buts), Dimitri Payet veut absolument quitter West Ham cet hiver pour rejoindre son ancien club, l’Olympique de Marseille. Le Français serait même prêt à baisser son salaire de 30% pour retrouver la Commanderie selon la presse anglaise. Si le joueur et l’OM partagent la volonté de se retrouver cet hiver, la situation bloque toujours au niveau de West Ham.


« Son départ n’est pas inévitable »

Son bras de fer avec ses dirigeants, Dimitri Payet pourrait bien le perdre. Et pour cause, ils ne laisseront pas partir leur meilleur joueur pour une somme qu’ils ne jugent pas suffisante. Après avoir vu sa première offre de 22 millions d’euros rejetée, Marseille devait revenir à la charge cette semaine. Pour retrouver Payet, ils ne devront pas lésiner sur les moyens. L’entraîneur des Hammers, Slaven Bilic, l’a expliqué en conférence de presse : « Le départ de Payet n’est pas inévitable. J’aime résoudre les problèmes en interne afin de protéger mon groupe. J’ai déjà tout dit et qu’est-ce que ça a fait ? Rien. Ce n’est pas une bonne situation pour le club, ce n’est pas une bonne situation pour le football en général. En tout cas, nous avons pris position très clairement et cette dernière reste la même. Nous n’allons pas vendre nos meilleurs joueurs à bas prix juste parce que quelqu’un veut les signer. » Selon la presse anglaise, West Ham réclamerait 40 millions d’euros pour Dimitri Payet. Bien loin de ce que l’OM propose actuellement, mais bien proche de ce que la Chine serait prête à offrir.

La Chine, alternative à l’OM ?

La donne est désormais claire : West Ham acceptera de vendre Dimitri Payet contre une somme conséquente d’argent. Cette somme, la Chine était prête à la débourser. Sky Sports explique que plusieurs clubs de l’Empire du Milieu se seraient manifestés pour le recruter cet hiver. Le Hebei China Fortune, club dans lequel évolue notamment Ezequiel Lavezzi, lui proposerait un salaire de 30 millions d’euros annuels. Bien décidé à ne rejoindre que la cité phocéenne, Payet l’aurait déclinée.


Arsenal ou pas, Payet doit partir

Récapitulons donc la situation : Marseille veut rapatrier Dimitri Payet mais ne propose pas encore assez d’argent pour le Français. La Chine souhaite également le recruter pour en faire un porte-étendard de son championnat, mais l’attaquant ne voit que par la France. La rumeur Arsenal, qui a germé ces derniers jours, s’est rapidement éteinte ce jeudi. D’une part parce que le joueur ne pense qu’à l’OM, et de l’autre parce qu’Arsène Wenger ne compte pas sur lui. Il l’a expliqué en conférence de presse : « J'aime beaucoup Payet. C'est un super joueur. Mais ce n'est pas une piste que l'on explore. Je n'ai pas besoin de Payet. J'ai déjà suffisamment de joueurs offensifs et créatifs. »

La seule piste qu’il reste à Dimitri Payet est donc l’OM. Si son entraîneur l’invite à rester, le joueur doit préférer l’exil. Et pour cause, il ne serait plus en odeur de sainteté à West Ham. Les supporteurs des Hammers ne le désirent plus, allant jusqu’à piétiner son maillot. Ses coéquipiers ne souhaiteraient plus non plus en entendre parler. Selon la presse anglaise, ils auraient refusé de le convier à une soirée au restaurant, allant même jusqu’à l’exclure de leur groupe de discussion WhatsApp.