Mercato : Manchester City pulvérise les records, et c’est à cause de Robinho

Voir le site Téléfoot

Robinho avec Manchester City
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-08-10T14:57:58.378Z, mis à jour 2017-08-10T15:09:45.896Z

En 2008, Manchester City était racheté par un fonds d’investissement d’Abu Dhabi. Le club est, depuis, doté d’une puissance financière abyssale. Mike Rigg, ancien directeur technique des Skyblues, se souvient du premier transfert important : celui de Robinho. Celui qui a permis à City d’abattre toutes ses limites…

Cela fait déjà neuf ans qu’Arsenal, Chelsea, Liverpool et Manchester United ont dû apprendre à partager les sommets du football anglais avec Manchester City (sans oublier quelques coups d’éclat par-ci par-là comme Leicester ou Tottenham). C’était le 1er septembre 2008 : le groupe Abu Dhabi Group Investment and Development Limited acquérait le club pour un peu plus de 200 millions d’euros.

Robinho a, malgré lui, fait passer Manchester City dans un autre monde


Manchester City était à peine passé dans le giron du groupe des Emirats arabes unis que les nouveaux propriétaires frappaient un grand coup sur le marché des transferts. Mike Rigg, alors directeur technique, était à la manœuvre. Dans les dernières heures du mercato, les Skyblues échouèrent à arracher Dimitar Berbatov à leurs rivaux de United, mais ils  recrutèrent Robinho pour une somme record à l’époque : 43 millions d’euros.

Le Brésilien, recruté au Real Madrid, était attendu à Chelsea. Des maillots des Blues à son nom avaient même déjà été vendus ! Et lors de sa présentation à la presse, l’attaquant a commis une gaffe mémorable en se disant "heureux de rejoindre Chelsea" ! Des années plus tard, il confiera qu’il ignorait, jusqu’à la dernière minute de ce mercato rocambolesque, dans quel club anglais il allait signer.

Mike Rigg se souvient bien de ce transfert. Robinho avait coûté près du double du transfert le plus cher du club à l’époque, réalisé seulement quelques semaines plus tôt avec le Brésilien Jô (pour 24 millions d’euros). L’ancien directeur sportif assure aujourd’hui à Sky Sports que l’achat de Robinho "a eu un effet domino, a fait gonfler les prix", à City comme en Angleterre.

City a dépensé 1 350 millions en neuf ans !


Le recrutement de Robinho n’a pas été un grand succès pour les Citizens (il resta moins de 18 mois, avec des statistiques assez modestes), mais il a effectivement ouvert la porte aux transferts pharaoniques à Manchester City et en Premier League (en plus des droits TV faramineux). C’est simple : d’après Transfermarkt, le club mancunien a dépensé, depuis Robinho, la somme folle d’environ 1 350 millions d’euros. Soit l’équivalent de six Neymar !

De joueur le plus cher du club, Robinho est tombé au 9e rang, supplanté par de nombreuses recrues achetées à des prix bien plus élevés. Le leader est Belge : il s’agit de Kevin De Bruyne, qui a coûté à lui seul 74 millions d’euros (en provenance de Wolfsburg). Sur le podium, on trouve aussi Raheem Sterling, acheté à Liverpool pour 62,5 millions d’euros, et Benjamin Mendy, l’ancien Monégasque recruté pour 57,5 millions d’euros.

Avec Mendy, Manchester City s’est offert le défenseur le plus cher du monde. En fait, les Citizens disposent des quatre défenseurs les plus chers de l’histoire car ils ont aussi recruté Kyle Walker (57 millions d’euros), John Stones (55,6 millions d’euros) et Eliaquim Mangala (53,8 millions d’euros). Nicolas Otamendi n’est pas très loin avec son transfert à 45 millions d’euros.

L’arrivée de Neymar pourrait avoir des conséquences en France


Le mercato d’été 2017 n’est pas terminé, mais il s’agit déjà de la saison record de City avec 240,5 millions d’euros de dépenses (contre 213 millions en 2015-2016 et en 2016-2017). Et pour Mike Rigg, tout ce qui s’est passé et tout ce qui se passe en ce moment est le résultat du gros coup frappé en 2008 avec Robinho.

L’expert porte un regard semblable sur l’arrivée de Neymar au PSG pour 222 millions d’euros. Selon lui, toutes les sommes que vont générer ce recrutement (sponsoring, salaires, revenus divers…) aura des effets dans le club mais aussi dans tout le football français, y compris chez les joueurs débutants. "Un jeune joueur pourra utiliser les exemples d’autres joueurs vendus, ou l’exemple d’un club qui a surévalué sa valeur parce qu’il est considéré comme le futur Neymar", prévient-il.