Dans l'actualité récente

Les deux Messi : celui du FC Barcelone, celui de l'Argentine

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par La REDACTION|Ecrit pour TF1|2011-07-14T07:00:00.000Z, mis à jour 2011-07-14T07:00:00.000Z

Le meilleur joueur du monde et double ballon d'Or Leo Messi a brillé durant toute la saison avec le FC Barcelone. Il apprend aujourd'hui à le faire dans un rôle différent et pour l'Argentine.

C'est peut être dans l'adversité que l'on distingue les plus grands champions. Alors que sa sélection Argentine piétine dans « sa » Copa America qui se dispute actuellement, Leo Messi a peut être là une occasion en or de prouver « qu'il en est ».



Au FC Barcelone, le petit argentin est une terrible machine à marquer. 53 buts en 55 matches toutes compétitions confondues, 25 passes décisives en bonus, la Liga et la Ligue des champions à son palmarès. Placé en faux avant-centre du classique 4-3-3 blaugrana, il est devenu, à 23 ans, le meilleur buteur de l'histoire du club en Coupe d'Europe. Dans son club, il profite du travail de milieux virtuoses, Xavi et Iniesta, dans une équipe dont la maitrise a peu d'équivalents dans l'histoire du jeu.



Mais le sélectionneur argentin, Sergio Batista, ne dispose pas des mêmes armes ou d'autant de temps pour régler son collectif. Au début de cette Copa America 2011, il a bien essayé de « copier » Pep Guardiola. Mais son milieu Mascherano-Cambiasso-Banega a été bien moins créatif que son équivalent catalan, et Tevez et Lavezzi n'ont pas offert autant de solutions à Messi en attaque. Résultat : deux tristes matches nuls contre la Bolivie et la Colombie. Messi n'a pas vraiment démérité, mais il a cristallisé les critiques.



Batista a donc inauguré un 4-2-2-2 hybride, où Gago soutient Mascherano à la récupération/relation, et où l'activité d'Angel Di Maria à gauche du milieu compense la liberté accordée à Messi sur la droite. Le tout derrière deux attaquants souvent excentrés : Agüero à gauche, Higuain plutôt à droite. Et dans ce système original, Messi étincelle de nouveau : il termine le match avec deux passes décisives, et une dizaine de ballons de buts distribués mais gâchés par ses camarades (Higuain notamment).

Leo Messi sait donc s'adapter pour le bien de son équipe nationale, en étant décisif autrement (il l'avait déjà fait à la Coupe du Monde 2010, malgré les critiques). Reste à ses coéquipiers à se mettre au diapason pour mener l'Argentine au sacre tant attendu...