Metz- OL : le lanceur de pétard a « agi comme un con »

Voir le site Téléfoot

Lopes touché par les supporters de Metz
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-12-10T13:50:10.024Z, mis à jour 2016-12-10T13:50:17.410Z

Le supporter du FC Metz, auteur du jet de pétard sur Anthony Lopes, le gardien de l'Olympique Lyonnais a exprimé ses regrets ce samedi dans le Républicain Lorrain.

Une semaine après l’arrêt du match Metz-Lyon, le lanceur du premier pétard sur la pelouse de Saint-Symphorien, mis en examen mercredi dernier, s’exprime dans les colonnes du Républicain Lorrain, et regrette son geste.

Ligue 1 : Chaos à Metz

« J’ai voulu participer à l'ambiance »

Ce Metz-Lyon, ce supporter mosellan de 23 ans, père de famille, s’en souviendra longtemps. Alors que son équipe vient d’ouvrir le score à Saint-Symphorien sur une frappe enroulée de Gauthier Hein, la tribune Est alors située derrière le but d’Anthony Lopes est en ébullition et plusieurs engins pyrotechniques sont lancés. « Ce but a provoqué beaucoup de joie et d’excitation. Comme tout le monde, j’ai voulu participer à l’ambiance. J’ai lancé le pétard pour faire du bruit. Mais il est parti plus loin que je le voulais. J’ai vraiment merdé…», explique-t-il ce samedi dans le quotidien Le Républicain Lorrain.

« J’ai agi comme un con…»

Ce pétard, il ne l’avait pas apporté dans le stade, poursuit-il, il lui avait été remis par un autre supporter. Pour le lancer en revanche, c’est bien lui le responsable mais c’est un geste malheureux qu’il regrette amèrement. « La seconde où il tombe au sol est gravée en moi. J’ai compris ! Je savais que c’était le mien. Je ne voulais pas ça. J’ai agi comme un con…»

La tribune fermée à titre conservatoire

Désormais interdit de stade, cette soirée l’a « vacciné » selon ses propres mots mais il a aussi tenu à indiquer sa non-appartenance à la Horda Frenetik, le groupe de supporters qui n’est plus reconnu comme officiel d’après le communiqué du président Bernard Serin publié jeudi sur le site officiel du club lorrain. Interdit de stade et placé sous contrôle judiciaire, le supporter, qui « n’a pas dormi pendant quatre nuits », espère désormais que « le climat va s’apaiser ». En attendant, la tribune Est a été fermée à titre conservatoire et le dossier placé en instruction par la LFP.