Dans l'actualité récente

Mikel Arteta victime de la colère de Messi

Voir le site Téléfoot

RTSKWN6
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-11-03T16:15:07.831Z, mis à jour 2016-11-03T16:15:52.450Z

On connait désormais l'identité de l'homme ayant provoqué l'ire de Messi dans les couloirs de l'Etihad Stadium, il s'agit d'un membre du staff de Manchester City.

L’info à fait le tour de la planète foot mardi soir après la rencontre entre Manchester City et le FC Barcelone, Lionel Messi aurait eu un gros coup de sang dans les couloirs de l’Etihad Stadium. Si les raisons étaient alors opaques, les langues se sont depuis déliées autour de cette affaire.

Ce serait bien la réaction de joie des citizens après leur succès 3-1, jugée excessive et déplacée par le quintuple Ballon d’Or qui aurait mis le feu aux poudres.


Mikel Arteta pris pour cible


En effet, des images de la Sexta, une chaîne de télévision espagnole, montrent  l’attaquant argentin s’étonner devant la joie démonstrative des skyblues, s‘écriant à la cantonade : « C’est quoi ce bordel ? Ils ont gagné la Ligue des Champions ou quoi ? » avant de s’en prendre plus personnellement à l’entraîneur adjoint du club, l’espagnol Mikel Arteta.

C’est bien l’ancien joueur du Paris Saint-Germain qui aurait alors cristallisé les reproches du meneur du Barça qui l’a pris à partie. « Rentre dans ton vestiaire pour faire la fête. Ne fais pas ça ici » lui a-t-il lancé avant d’en rajouter une fois que le basque ait finalement rejoint les vestiaires : « Idiot, viens ici et montre ton visage. Ne te cache pas. »


Une réaction inhabituelle pour l’argentin

Une agressivité finalement calmé pour son compatriote et coéquipier sous le maillot Albiceleste Sergio Agüero. Le buteur de City s’est interposé, empêchant Messi d’aller plus loin. Il a ensuite brièvement commenté l’affaire devant les médias : « Quand vous perdez, vous n’êtes pas très heureux. Je l’ai vu là et il se sentait mal. Je le connais suffisamment pour savoir quand il ne va pas bien. Mais quand vous perdez, ça ne va jamais bien ».

Une attitude peu fair-play et surprenante de la part du capitaine de la sélection argentine qui l’on a rarement vu perdre son calme. Si certains s’assagissent avec les années, ça ne semble pas être le cas de la Pulga…