"Le miracle hollandais"

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Julien CARRASCO|Ecrit pour TF1|2010-07-10T14:30:06.000Z, mis à jour 2010-07-10T14:30:06.000Z

C'est ainsi que le quotidien El Pais titre un article qui revient sur l'histoire du football néerlandais et sur la génération actuelle qui va affronter l'Espagne. Vicente Del Bosque, entraîneur de la sélection ibérique mérite lui aussi sa part d'histoire. Van Bommel aiguise lui ses crampons.

UNE GENERATION REALISTE ?


"Tout a commencé dans une rue d'Amsterdam, où Madame Petronella lavait les maillots des joueurs de l'Ajax...", c'est un des moments forts de cet article très intéressant écrit par José Samano, envoyé spécial pour El Pais. On y refait l'histoire du football néerlandais en quelques phrases, dont un rappel efficace du parcours de Johan Cruyff, rebelle et premier professionnel de son pays avec Piet Keizer. On y revient aussi sur la place à part de la génération actuelle, moins séduisante que celle qui a échoué en finale en 1974 et 1978 mais qui a su trouver une cohésion sur les terrains d'entraînement d'Afrique du Sud.


VAN BOMMEL : "BRISER LE MILIEU ESPAGNOL"


Mark Van Bommel ne faillit pas à sa réputation. Dans son style sans concession, toujours à la limite de la régularité, il peut certainement poser de gros problèmes au milieu de terrain espagnol. Dans The GuardianThe , on retrouve également un Van Bommel vindicatif et attentif : "L'Espagne produit un jeu spectaculaire et ce sera difficile de lutter contre ça. Nous devrons briser leur milieu de terrain et empêcher leurs meneurs de jeur de jouer. C'est notre mission principale car Xavi et Iniesta sont des talents formidables. Ils sont les meilleurs du mone dans leur style".


Dans le sien, entre diplomatie et tacle version gladiateur, Van Bommel n'est pas mal non plus. Bert van Marwijk apprécie tout particulièrement et tente d'ailleurs de polir l'image de son milieu de terrain : "Je ne suis pas d'accord avec ce que les gens disent. Il n'a reçu qu'un seul carton jaune pendant la compétition, il s'est montré très discipliné." Sachant que Bert est le beau-père de Mark, on imagine qu'il veuille un peu le protéger.


DEL BOSQUE LE DEBONNAIRE


C'est ainsi que le quotidien L'Equipe qualifie l'entraîneur de la sélection espagnole ce samedi : "La démarche lourde, le visage un peu las, Vidente Del Bosque a parfois de airs de Droopy à la moustache...", lance l'accroche d'un portrait plus flatteur qu'il n'y paraît. Fils d'un cheminot enmmené à 19 ans dans un camp de concentration espagnol pendant la guerre civile, il estime imposer son leadership par la "compétence et le comportement"."Pour d'autres, c'est hausser le ton, je ne dis pas qu'il y a une manière unique. Mais je suis fidèle à ce que je suis", ajoute celui qui a passé 36 ans au Real Madrid.


Sur Marca, on trouve également ce qui ressemble déjà à un hommage : "Del Bosque mérite lui aussi un titre de MVP" et de citer ses choix judicieux de coaching pendant le Mondial : Fabregas à la place de Xavi, Llorente à la place de Torres, Pedro titulaire...


NEUER VOIT L'ESPAGNE


Paul Fletcher, chronique sur le site de la BBC, a demandé à Neuer, le gardien allemand qui allait gagner la finale et il a répondu immédiatement : "L'Espagne".


ALLEMAGNE-URUGUAY : COUP DE PIED, GIFLE ET POLICIERS


Le football quand il dérape entre Allemands et Uruguayens. C'est dans le Sueddeutsche Zeitung, quotidien allemand. En 1966, les Uruguayens se sont retrouvés à neuf et ont perdu 4-0. Une aventure parmi tant d'autres racontée en diaporama (nous ne pouvons mettre le lien, désolé).


TOUS ENSEMBLE :


Sergio Ramos à la Une de Marca : "Nous jouerons la finale pour 46 millions de personnes."


SUR TWITTER


@bbcdavideades Je me demande ce qu'en pense les joueurs. Qu'est-ce qui est mieux Quelques jours sur la plage au soleil ou jouer une 3e place de Coupe du monde loin de la maison ?


@sidlowe C'est le modèle défensif espagnol RT @jjbrotons: Le journal dit aujourd'hui que le meilleur moyen d'éteindre un feu, c'est d'éviter qu'il se produise.


@MD_eurosportfr Entre deux matches et deux conférences de presse, le Musée de l'Apartheid. A externalhttp://www.eurosport.fr/au-dela-des-cliches_blog135/devoir-de-memoire_post1350183/blogpostfull.shtmlNoneabsolument.