Mission accomplie ?

Voir le site Téléfoot

Mission accomplie ?
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2009-11-20T08:04:05.000Z, mis à jour 2009-11-20T08:04:05.000Z

Dans la douleur, Raymond Domenech est finalement parvenu à qualifier la France pour la Coupe du monde 2010.  Lorsqu'il a été reconduit à la tête des Bleus le 3 juillet 2008, c'était sa mission principale. Mais il y en avait d'autres, qui n'ont pas forcément été accomplies.

Voilà, c'est fait. L'histoire des qualifications s'est bien terminée pour l'équipe de France et son sélectionneur, Raymond Domenech. A la tête des Bleus depuis 2004, l'ancien Lyonnais a réussi le tour de force de qualifier les Tricolores pour trois compétitions internationales. Ce que personne n'avait réussi avant lui. Pour autant, cette qualification pour le Mondial 2010 laisse comme un goût d'inachevé, bien au-delà de la main de Thierry Henry qui a amené l'égalisation des Bleus face à l'Irlande et leur a ouvert les portes de la prochaine Coupe du monde. Lorsqu'il a été reconduit à son poste le 3 juillet 2008, après un Euro médiocre, Raymond Domenech s'était vu remettre une feuille de route. Force est de constater qu'elle n'a pas été totalement respectée. Même si l'essentiel est là : à savoir, la qualification pour le Mondial.


Il y a dix-sept mois, le Conseil Fédéral avait demandé plusieurs choses à l'ancien patron des Espoirs. En premier lieu, évidemment, de mener à bien les destinées de l'équipe de France et de la qualifier pour la Coupe du monde. "L'objectif principal assigné à Raymond Domenech dans son contrat de travail est la qualification pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud et la préparation de celle-ci", apprenait-on dans un communiqué publié quelques minutes après la décision de la FFF. Sur ce point, rien à redire, même si le couperet est passé près au début des éliminatoires. Lors des trois premiers matches, Domenech devait prendre cinq points. Le 15 octobre, alors que la Fédération devait effectuer un premier bilan, il manquait une unité. Mais, compte tenu de la réaction d'orgueil des Bleus en Roumanie (2-2 après avoir été mené 2-0), quatre jours plus tôt, Jean-Pierre Escalettes avait décidé de laisser les clés à Domenech.


"L'odeur du sang vous intéresse"


"La poursuite de la mission de Raymond Domenech s'accompagnera de changements qu'il s'est engagé à mettre en oeuvre dans trois domaines: la gestion de la sélection nationale, l'ouverture de l'Equipe de France à son public, sa communication personnelle", c'était également l'une des demandes de la FFF. Sur la majeure partie de ces points, difficile de donner beaucoup de crédit à Raymond Domenech. Sa communication n'a pas vraiment évolué. S'il a tenté de faire autrement au tout début de l'aventure 2010, le sélectionneur est vite revenu à ses classiques. Trois jours après la catastrophique entame des Bleus en Autriche (3-1) ne lâchait-il pas aux journalistes venus l'interroger la déclaration suivante ? "L'odeur du sang vous intéresse... C'est du deuxième degré... Même pas... Heureusement que les lois d'exception et la guillotine n'existent plus, sinon certains parmi vous se feraient un malin plaisir de m'envoyer sur l'échafaud." Chassez le naturel, il revient au galop. Concernant l'ouverture de l'équipe de France au public, pas la peine d'épiloguer. Même chose pour le "Club France 2010" que tout le monde a oublié aujourd'hui.


Ce que personne n'a oublié, c'est que l'équipe de France a été laborieuse durant sa campagne de qualification. Après l'Euro 2008, le mot d'ordre était "plus jamais ça". La FFF et le DTN, Gérard Houllier, avaient demandé à Raymond Domenech de donner un autre visage au Bleus sur le terrain. Plus avenant, plus enjoué. En un mot : porté vers l'attaque. Qu'en est-il aujourd'hui ? On en est bien loin. Certes, il y a eu la parenthèse Roumanie (1-1), Serbie (1-1), Iles Féroé (5-0), Autriche (3-1) des mois de septembre et octobre derniers... Mais les barrages face à l'Eire - principalement la manche retour disputée mercredi - ont fait retomber les Bleus dans leurs travers. Mercredi, Les Tricolores n'ont rien montré et même franchement inquiété. Bref, s'ils disputeront bel et bien le Mondial en 2010, les Français ont du pain sur la planche. Raymond Domenech, qui sera toujours, puisque Jean-Pierrre Escalettes l'a confirmé, sélectionneur des Bleus en Afrique du Sud n'aura pas le temps de savourer très longtemps. La tâche qui l'attend est immense. Trop ?