Monaco a concédé le nul face à Montpellier et Jardim le prend pour lui

Voir le site Téléfoot

2017 04 08T171240Z 387484354 RC1BF1B43730 RTRMADP 3 SOCCER FRANCE ANG AMO
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-09-30T07:56:28.254Z, mis à jour 2017-09-30T12:28:23.915Z

Six jours après avoir tenu en échec le PSG à la Mosson, Montpellier a ramené un point de Monaco durant le temps additionnel.

Alors qu'il menait difficilement 1 à 0, Monaco a finalement concédé le nul face à Montpellier à Louis-II. La trêve internationale va faire du bien aux hommes de Leonardo Jardim.

Une semaine à oublier

Cette dernière semaine de septembre ressemble à un interminable chemin de croix pour Monaco, qui avait l'occasion de prendre provisoirement la tête de la Ligue 1 vendredi soir. Mais, après sa défaite face à Porto en Ligue des Champions (0-3), le champion de France en titre a montré des signes de fatigue lors de la réception de Montpellier, égalisateur dans les derniers instants de la rencontre alors que Radamel Falcao, encore et toujours lui, avait été la seule lueur d'une soirée morne en ouvrant la marque sur un service de Rony Lopes (38e). Le Colombien en est donc à douze buts en treize tirs cadrés en Ligue 1.

Camara, au bout de lui-même

Et c'est encore Souleymane Camara, le supersub de Montpellier, qui s'est arraché pour obtenir le nul (90e+2), quelques jours après le point obtenu à la Mosson face au PSG, l'autre équipe qui se bat pour la première place. Au sortir du match, Leonardo Jardim a constaté, "On aurait pu mener 2-0. Même si on n'avait pas de joueurs dotés d'une grande vitesse, l'important était de faire les appels pour chercher les espaces. Et puis, on doit faire attention à cinq minutes de la fin, rester concentrés dans les duels. Toutes les grandes équipes ont cette capacité de garder un résultat ou d'aller le chercher".

La trêve va faire du bien

En conférence de presse, Leonardo Jardim ne s'est pas rangé derrière un déficit physique de ses hommes au regard de l'accumulation des matches. "Je ne suis pas content, bien sûr. L'objectif de gagner n'a pas été rempli. Le responsable des choses, c'est moi. J'ai faim de gagner, je demande peut-être plus. Cela ne fait qu'un mois ou deux de travail en commun. Il y a besoin encore de travailler. Il faut encore formater les jeunes joueurs, qui ne sont pas encore tout à fait prêts. Pour qu'un Lemar ou Bakayoko sortent, il faut du temps pour les préparer" explique-t-il, à la fois déçu et confiant pour les semaines qui viennent. En ce sens, la trêve internationale tombe à pic et va permettre au Portugais de parfaire son effectif.


Plus d'actualité