Monaco, une machine à marquer qui ne semble pas prête à s'enrayer

Voir le site Téléfoot

RTSTFSI
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-12-15T09:47:17.625Z, mis à jour 2016-12-15T09:47:51.225Z

Vainqueur 7-0 du Stade Rennais pour atteindre les quarts de finale de la Coupe de la Ligue, l'AS Monaco empile les scores fleuves cette saison et fait peur à l'Europe entière.

Exceptionnel, incroyable, prodigieux… les superlatifs commencent à manquer pour qualifier l’allant offensif de l’AS Monaco durant cette première partie de saison. Après leur nouveau carton 7-0 contre Rennes en Coupe de la Ligue, l’équipe de la principauté a atteint des sommets pour l’heure inégalés en Europe.


Du jamais vu en France depuis 1960 !

76 buts en 28 matches, c’est bien l’exceptionnel bilan de l’équipe de Leonardo Jardim cette saison. Partis pour battre tous les records nationaux, les rouges et blancs se sont déjà offert hier celui du plus large succès de l’histoire de la Coupe de la Ligue en étrillant les hommes de Christian Gourcuff.


En championnat, avec leurs 53 buts inscrits en 17 matches, ils se placent en seconde position de l’histoire du championnat. Il faut en effet remonter à la saison 1959-1960 et le RC Paris pour voir mieux. Quant à leur différence de buts de +37, c’est tout simplement la meilleure de l’histoire à ce stade de la compétition.

Sur le plan européen, seul le Real Madrid semble en mesure de suivre le rythme avec ses 69 buts en 23 matches, affichant même une meilleure moyenne que les monégasques avec 3 buts/matches contre 2,7. Une moyenne cependant à relativiser par le double carton infligé aux amateurs de Leonesa en Coupe du Roi.


Un groupe large taillé pour durer

Les performances des hommes du Rocher sont d’autant plus impressionnantes que l’effectif peut tourner sans impacter l’efficacité offensive de l’équipe. Ainsi, pour la rencontre d’hier, l’entraîneur Portugais s’est offert le luxe de laisser au repos sept de ses titulaires, dont l’ensemble de ses joueurs offensifs, sans entraver la marche triomphale de ses protégés.

Ainsi, lorsque Falcao et Germain sont absents, les pépites Mbappé et Boschillia prennent le relais avec la même efficacité. Le jeune avant-centre de 17 ans, s’est ainsi offert un retentissant triplé pendant qu'au milieu, le brésilien, accompagné de Nabil Dirar, a remplacé les dépositaires du jeu Silva et Lemar sans que la fluidité du jeu ne s’en ressente.


Tous les voyants semblent donc au vert pour les monégasques qui devront cependant se méfier, leurs prédécesseurs parisiens n’avaient terminé que troisième de première division lors de leur saison record en 1960.