Mondial-2010 : Grippe, MST, accidents... danger

Voir le site Téléfoot

Mondial, nos 100 légendes
Par Olivier D'ARIES|Ecrit pour TF1|2010-06-01T05:00:00.000Z, mis à jour 2010-06-01T05:00:00.000Z

Le 11 juin 2010 sera donné le coup d'envoi de la 19ème édition de la Coupe du Monde de football et cet évènement planétaire va attirer des millions de personnes (hommes d'affaires, touristes, supporters...).

C'est l'occasion de devenir un touriste responsable

Durant votre séjour, il faudra donc respecter les coutumes, les traditions, l'environnement, ne pas abuser des ressources naturelles, ne pas dégrader la nature mais aussi éviter les comportements à risque.

Selon les autorités sanitaires françaises, les maladies sexuellement transmissibles (MST), la grippe H1N1, les accidents de la route mais aussi la criminalité sont bien présentes dans ce pays.


La sécurité alimentaire

"Il est recommandé d'être prudent lors de consommation d'aliments vendus par des vendeurs ambulants". L'eau du robinet est "considérée comme sûre" dans les grandes villes mais "de qualité variable" dans les petites villes.

Les accidents de la route en Afrique du sud

Ils sont "parmi les plus élevées au monde". "Il est déconseillé de conduire sur des routes méconnues ou en zones rurales, particulièrement la nuit".

La criminalité

L'Afrique du sud "a une incidence de criminalité élevée", surtout dans les zones éloignées. Même si le gouvernement a mis en place des initiatives anti-criminalité, "le risque de vol, d'attaque à main armée, de vol de voiture ou d'agression ne peut pas être exclu".


Les maladies sexuellement transmissibles

Les risques sont élevés. Environ 20 % des Sud-africains de 15 à 49 ans seraient infectés par le VIH (virus du sida) et 4,9 % par la syphilis.
D'autres maladies sont aussi "largement présentes" en Afrique sub-saharienne : les gonorrhées, les chlamydias, les hépatites B et C...
Outre la nécessité de se protéger lors des rapports sexuels, il faut aussi éviter "d'autres pratiques à risque comme le piercing, les drogues injectables et les tatouages".

Suite à une épidémie en cours, la vaccination anti-rougeole est recommandée. Pour éviter la bilharziose, il est recommandé de ne pas se baigner en eau douce. Précisons que le baigneur ne court aucun risque en piscine ou en eau salée.


Lire le reste de l'article sur le site d'Ushuaia