Mondial 2018/Barrages : La Croatie, où l'appel aux divinités... grecques

Voir le site Téléfoot

mario mandzukic
Par Christopher LE CAËR|Ecrit pour TF1|2017-11-08T16:41:28.914Z, mis à jour 2017-11-08T17:54:00.527Z

Les dieux du football vont distribuer les derniers billets pour la Russie, que se disputent Croates et Grecs. Match aller des barrages jeudi à Zagreb, avant un retour au Pirée, dimanche.

A la fin, il n'en restera qu'un. Qui de la Grèce ou de la Croatie va s'adjuger l'un des derniers tickets pour le Mondial 2018 ? Dimanche soir, sur les coups de 22h30, les dieux du football auront tranché. Le barrage retour au Pirée aura rendu son verdict. Pour se rapprocher des cieux, les Croates vont devoir gravir l'Olympe, la montagne grecque emmenée par le Marseillais Mitroglou. Pas une mince affaire.

Et la Croatie s'écroula...

La Croatie en barrages ? Qui l'aurait cru, tant la sélection au damier a survolé la première moitié des éliminatoires du groupe I. Elle a réalisé un quasi sans faute durant les cinq premiers matches : nul contre la Turquie, victoires face au Kosovo, la Finlande, l'Islande et l'Ukraine. Une qualification directe pour la Russie lui était promise. Et puis, patatras... Un enchaînement fatal - défaite en Islande (1-0), puis en Turquie (1-0), nul improbable contre la Finlande (1-1) en octobre dernier - a scellé le sort du sélectionneur Ante Cacic et tout remis en cause. Les partenaires de Mario Mandzukic, si bien partis, ont finalement accroché in-extremis les barrages en s'imposant, dans un match décisif, une équipe d'Ukraine qui pouvait, elle aussi, encore y croire. Au bord du précipice, en proie au doute, la Croatie a remporté ce duel - électrique - dans la fureur de Kiev (2-0) le 9 octobre dernier, grâce au demi-dieu Andrej Kramaric, auteur du doublé salvateur.

Arès, Athéna avant Dionysos...

Le chemin jusqu'à la terre promise russe est long, semé d'embauches. Les Croates, finalement miraculés, le savent : un dernier obstacle, grec celui-ci, se dresse sur leur passage. Pour participer au Mondial, la formation de Zlatko Dalic, le nouveau sélectionneur, va devoir invoquer les divinités... grecques forcément. Arès, en première ligne, dieu de la guerre. Car ce choc face au champion d'Europe 2004 sera, à n'en pas douter, un combat. Durant les éliminatoires, la Grèce n'a perdu qu'un seul match (face à la Belgique 2-1, qui a survolé le groupe H). Surtout, elle peut compter sur une défense de fer (seulement six buts encaissés). Alors pour contourner ce bloc défensif, les partenaires de Perisic vont devoir faire appel à Athéna, déesse de l'intelligence et de l'habileté.

Avec le Monégasque Subasic dans les buts, le Madrilène Modric et le Barcelonais Rakitic au milieu, ainsi que les Italiens de la Juventus (Mandzukic) et de l'Inter (Perisic), mais sans Milan Badelj (touché à la cuisse et qui a déclaré forfait), la Croatie est armée pour renverser une équipe grecque qui a néanmoins l'avantage de recevoir au retour, dans un stade du Pirée certainement chauffé à blanc. Dimanche soir, sur les coups de 22h30 (ou plus si prolongation), Dionysos, le dieu des fêtes, de la vigne et de l'ivresse, aura choisi son camp. Qu'importe le flacon...


Croatie-Grèce, le jeudi 9 novembre à Zagreb (20h45), le retour le dimanche 12 novembre au Pirée (20h45).

en savoir plus : Equipe de Croatie de Football