Mondial 2026 : 48 équipes, le jackpot pour l’Afrique et l’Asie, et des barrages remaniés

Voir le site Téléfoot

Trophée de la Coupe du Monde
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-03-31T12:58:23.693Z, mis à jour 2017-03-31T13:11:10.788Z

La Fifa a dévoilé, jeudi 30 mars, les contours de sa réforme profonde prévue pour la Coupe du monde 2026 qui réunira 48 nations. Il y aura plus de places à distribuer durant les éliminatoires. Et l’Afrique et l’Asie vont en profiter pour accroître sensiblement leurs représentants.

Les éliminatoires pour la Coupe du monde 2018 en Russie battent leur plein, mais on commence déjà à façonner l’avenir. Jeudi 30 mars, la Fifa a communiqué sur ses projets pour le Mondial 2026, dont on ignore encore où elle aura lieu (Colombie, Mexique, Etats-Unis, Canada, Maroc, Australie, Angleterre et d’autres songent à être candidats pour l’organisation).

Le pays organisateur qualifié d’office, mais…

Il est déjà acquis que le Mondial 2026 réunira 48 nations pour la première fois de l’histoire de cette compétition née en 1928. Le Bureau du Conseil de la Fifa a dévoilé le modèle qu’il prévoit pour cette Coupe du monde. Puisque l’on va passer de 32 à 48 pays, il est nécessaire de revoir le système de répartitions des 48 tickets qualificatifs.

Première information importante : le pays organisateur sera toujours qualifié d’office, mais sa confédération perdra une place dans son quota alloué. Exemple concret : l’UEFA aura 16 tickets pour le Mondial 2026, donc si c’est un pays européen qui organise l’événement, il n’y aura plus que 15 places à prendre.

La répartition des 16 places supplémentaires

Puisque l’on passe de 32 à 48 qualifiés, il y a, magie des mathématiques, 16 places qualificatives à distribuer entre les six confédérations mondiales :

  • l’UEFA pour l’Europe
  • la CONMEBOL pour l’Amérique du Sud

  • la CONCACAF pour l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale

  • la CAF pour l’Afrique

  • l’OFC pour l’Océanie (sauf l’Australie)

  • l’AFC pour l’Asie (plus l’Australie)

Ces 16 places qualificatives sont se répartir entre toutes ces confédérations. Et c’est l’AFC et la CAF qui vont être les plus gâtées avec 4 places supplémentaires chacune par rapport à leurs quotas actuels.

  • l’UEFA aura, en 2026, 16 places qualificatives (contre 13 auparavant)

  • la CONMEBOL aura, en 2026, 6 places qualificatives (contre 4 auparavant)

  • la CONCACAF aura, en 2026, 6 places qualificatives (contre 3 auparavant)

  • la CAF aura, en 2026, 9 places qualificatives (contre 5 auparavant)

  • l’OFC aura, en 2026, 1 place qualificative (contre 1 place de barragiste auparavant)

  • l’AFC aura, en 2026, 8 places qualificatives (contre 4 auparavant)

Six équipes barragistes pour deux places

Les calculs sont bons : une place assurée pour l’Océanie, 2 places en plus pour l’Amérique du Sud, 3 places en plus pour l’Europe et pour l’Amérique du Nord/centrale, 4 places en plus pour l’Asie/Australie et pour l’Europe. Cela fait 14 places sur les 16 à distribuer.

Quid des 2 derniers tickets ? Ils seront distribués via un tournoi de barrages qui réunira six sélections : une pour chaque confédération, sauf l’UEFA, plus une sélection de la confédération du pays-hôte. Parmi ces six sélections, les quatre les moins biens classées au classement UEFA s’affronteront au cours de deux matches à élimination directe ; les deux vainqueurs se mesureront ensuite aux deux sélections restantes, avec en jeu les dernières places pour le Mondial 2026.

Ce n’est pas clair ? Cet exemple vous aidera peut-être.


Exemple de barrages - Coupe du monde 2026

L'ensemble de ce remaniement doit être voté le 9 mai prochain par le Conseil de l'instance de la Fifa, lors d'un congré qui se tiendra à Bahreïn.