Dans l'actualité récente

Mondial 2026 : Vers la fin des matchs nuls ?

Voir le site Téléfoot

RTX28P8R
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-12-10T13:26:23.056Z, mis à jour 2016-12-10T13:26:34.218Z

Gianni Infantino, le président de la Fifa a annoncé cette semaine envisager de jouer un Mondial à 48 équipes avec 16 groupes de 3 équipes à compter de l'édition 2026. Particularité de cette formule : la fin des nuls en phase de poules.

Gianni Infantino regorge d'idées pour "moderniser" la plus grande compétition au monde. Sa dernière lubie ? En finir avec les scores de parité en phase de poules en 2026.

Téléfoot, l’After - Que pense le président de la FIFA de l'arbitrage vidéo ?

Infantino ne veut plus de nuls

Après sa proposition de Coupe du monde à 48 équipes (16 groupes de 3) lancée en début de semaie, le président de la FIFA, Gianni Infantino, poursuit sa volonté de réformer la compétition. Le Suisse a annoncé vouloir mettre fin aux matches nuls en phase de poules du Mondial et désormais de passer par des séances de tirs au but.

Pour éviter les arrangements entre amis

Selon le site de la Fifa, l'ancien secrétaire général de l'UEFA, entre 2009 et 2016, ne veut plus de matches nuls, notamment pour éviter sur la dernière journée tout arrangement entre sélections qui se rencontreraient et qui pourraient se contenter d'un partage des points en vue de la qualification. En cas d'égalité à la fin du temps réglementaire, le remplaçant de Sepp Blatter souhaite dorénavant voir une séance de tirs au but, et ce, directement, sans prolongation.

Toujours plus de revenus

Une solution sortie du chapeau du président Italo-Suisse censée corriger les faiblesses de son projet de Mondial à 48 nations proposée en début de semaine et faire passer la pilule auprès des acteurs du football peu enthousiastes jusqu'alors à ce qui serait une petite révolution. Derrière tout ça, le nerf de la guerre est le "billet vert". Passer de 32 à 48 augmenterait encore les revenus de la FIFA, dont 90% sont liés au Mondial, notamment grâce aux droits télévisés. Et une participation à la Coupe du monde aux équipes qui n’y ont jamais goûté assurerait au nouvel homme fort du football mondial d’importantes voix en vue des prochaines élections.