Mythes Téléfoot : Le cheikh du Koweït annule un but de la France à la Coupe du Monde

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-05-15T13:23:00.000Z, mis à jour 2014-05-15T13:33:15.000Z

Dans sa rubrique Mythes Téléfoot, la rédaction raconte un événement, un fait, un joueur, une compétition, un moment d'histoire, et le démystifie. A moins d'un mois de l'ouverture de la Coupe du Monde, Téléfoot.fr a choisi de vous rappeler une scène hallucinante qui a eu lieu en Espagne, lors du Mondial 1982. Alors que la France affronte le Koweït, le cheikh descend sur la pelouse et fait annuler le but d'Alain Giresse.

Depuis sa création, la Coupe du Monde a connu plusieurs controverses, comme le but inscrit par Maradona face à l'Angleterre. Mais celle qui aura le plus marqué l'histoire est probablement l'intervention du cheikh du Koweït, qui n'a pas hésité à descendre sur la pelouse pour faire annuler un but de l'équipe de France.

Une première pour le Koweït
De toute son histoire, le Koweït n'a disputé qu'une Coupe du Monde, en 1982. Alors quand l'équipe entraînée par le Brésilien Carlos Alberto Parreira débarque en Espagne, elle arrive en terrain totalement inconnu. Et elle a fort à faire, tombée dans un groupe relevé, avec l'Angleterre, la France, et la Tchécoslovaquie. Elle entame le Mondial par un surprenant match nul 1-1 contre la République socialiste, avant d'être au cœur d'un scandale important, probablement celui qui aura le plus marqué l'histoire de la compétition.

Le cheikh descend sur la pelouse
Pour son deuxième match, le Koweït doit affronter la France, battue en ouverture par l'Angleterre 3-1. Au pied du mur, les Bleus doivent absolument s'imposer. L'équipe dans laquelle figure Platini prend rapidement les devants, et mène 3-0 peu après la mi-temps, avec des réalisations de Genghini, Platini et Six. A un quart d'heure de la fin, le Koweït se reprend et sauve l'honneur par l'intermédiaire d'Al Buloushi. Fou de joie, le cheikh, présent en tribune, fête sa praline avec une petite danse pittoresque.

9. El día que un Jeque obligó al árbitro a cambiar su decisión (Kuwait vs Francia | Mundial 1982). Algo jamás visto. pic.twitter.com/uugpAQThBU

— Redefutbol (@redefutbol) 1 Avril 2014

Pourtant, Fahid Al-Ahmad Al-Sabah, qui n'est autre que le frère de l'émir du Koweït et président de la Fédération de football, va vite déchanter. A la 78ème minute, Alain Giresse se présente seul face au gardien, et le trompe facilement. La France mène alors 4-1... Finalement, non. « Attendez, maintenant je descends », s'exclame le cheikh. Juste avant que le Français n'aggrave le score, un coup de sifflet retentit dans le stade. D'après Al-Sabah, celui-ci aurait déconcentré les défenseurs. Fou de rage, il descend sur le terrain, et s'en prend à l'arbitre soviétique, Miroslav Stupar. Les joueurs refusent de reprendre le jeu. Sous pression et complètement dépassé par les événements, Stupar écoute le cheikh et décide d'annuler le but.

>DECOUVRIR LA SCENE EN VIDEO

@vivalmtcs Al-Ahmad Sabah, en España 82, en el partido Francia - Kuwait convence al árbitro de anular un gol Francia pic.twitter.com/InlYyOT7jf

— Daniel Rucks (@RucksDelBo) 24 Mars 2014

Hidalgo et la police
Hors de lui, Michel Hidalgo, alors sélectionneur des Bleus, enrage. La police espagnole est obligée d'intervenir, et lui empêche l'accès au terrain. Après plus de 15 minutes d'interruption, durant lesquelles les militaires de la Garde Civile, les joueurs, les officiels et les techniciens essaient de négocier, le match reprend. La France se fait justice, et, quelques secondes plus tard, Maxime Bossis inscrit le quatrième but. Les Bleus s'imposent finalement 4-1.

L'arbitre radié à vie
Pour être descendu sur le terrain et avoir influencé l'arbitre, le cheikh Fahid Al-Ahmad Al-Sabah écope seulement d'un blâme. Quant à l'arbitre, Miroslav Stupar, il est définitivement radié par la FIFA. Plus jamais il n'arbitrera un match de football. Durant France-Koweït, il s'était également illustré en refusant 4 buts à la bande à Hidalgo, pourtant tous valables. Suite à cet événement, le stade Zorilla de Valladolid se dote de douves, afin d'empêcher les spectateurs d'accéder à la pelouse.

Mort tragique
Le cheikh Fahid Al-Ahmad Al-Sabah connaît lui une fin tragique. Huit ans après les événements, en 1990, l'Irak envahit le Koweït, ce qui est à l'origine de la première guerre du Golfe. Malgré les événements, la British Airways décide de maintenir le vol 149 qui doit rallier Londres à Kuala Lumpur avec une escale au Koweït. De là, l'avion ne repartira jamais. Les 367 passagers sont pris en otage, et un particulièrement est tout de suite repéré par la milice de Saddam Hussein, le cheikh. Il tué, avant que son corps ne soit exposé sur la place publique.

Le Koweït termine finalement à la dernière place du groupe, et rentre au pays. Quant à la France, elle échoue en demi-finale face à l'Allemagne, après un match historique, perdu par la bande à Platini aux tirs au but.