Mythes Téléfoot : Cristiano Ronaldo, l'histoire d'un surdoué entouré de cancres ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-07-04T13:37:00.000Z, mis à jour 2014-07-04T13:45:22.000Z

Dans sa rubrique Mythes Téléfoot, la rédaction raconte un événement, un fait, un joueur, une compétition, un moment d'histoire, et le démystifie. Alors que la Coupe du Monde bat son plein, force est de constater l'élimination du Portugal au premier tour. Meilleur joueur de sa génération avec Leo Messi, Cristiano Ronaldo est-il condamné à ne jamais rien remporter avec le Portugal, faute d'avoir des coéquipiers à sa hauteur ?

Cristiano Ronaldo, c'est comme cet élève qu'on a tous connu, surdoué, trop intelligent pour rester dans la même classe que ses camarades. Un gamin qui évolue plus vite que les autres, qui comprend tout du premier coup, et qui brûle toutes les étapes. Un mec qui obtient son bac à 14 ans avec mention, et qui débarque à la fac dans la foulée. Cristiano Ronaldo, c'est aussi l'histoire de ce gamin qui doit faire face aux multiples conséquences de son talent. Un type qui s'ennuie en classe, car il n'a pas d'égal capable de le comprendre et de le suivre. Cristiano Ronaldo, c'est l'histoire d'un capitaine sur lequel repose tout un pays, trop esseulé pour assumer cette pression. Trop esseulé pour faire gagner le Portugal.

Où étais tu, Cristiano Ronaldo, au Brésil ?
En 2014, Cristiano Ronaldo brise tous les records. Il n'est plus cet enfant qui s'ennuyait en classe. Désormais, c'est un écrivain de prestige. Il ajoute de très belles lignes à son palmarès, écrit sa légende et rentre dans l'histoire. Il remporte ainsi son deuxième Ballon d'Or®, la Ligue des Champions, et devient le meilleur buteur de la compétition sur une saison. Pourtant, CR7 n'a pas encore la plume capable d'écrire des best-sellers. Ses productions sont bonnes, mais s'il veut rentrer dans l'histoire de ce sport, et égaler les plus grands, Cristiano le sait, il doit remporter la Coupe du Monde. Le joueur du Real Madrid arrive donc au Brésil avec de bonnes intentions. Pourtant, son corps lui fait défaut. Ses jambes le lâchent, sa cuisse le fait souffrir, et son genou est victime d'une tendinite. Au mental, Cristiano Ronaldo peut-il soulever cette Coupe du Monde 2014 ?

Sur les terrains brésiliens, le prodige portugais est méconnaissable, bien loin de son niveau affiché au Real Madrid. L'Allemagne étrille la Selecçao 4-0. Face aux Etats-Unis, CR7 n'est que l'ombre de lui-même, ratant tout ce qu'il entreprend. Avec une infime chance de qualification, l'ailier compte offrir à sa nation un bonheur qui n'a pas d'égal face au Ghana. Là encore, rien ne se passe comme prévu. Il loupe la moitié de ses occasions. Comme un symbole, un signe pour montrer qu'il est bien là, Cristiano Ronaldo marque le dernier but. 2-1 pour le Portugal. CR7 ne célèbre pas, car il l'a compris. La Selecçao ne sera pas championne du monde cette année. Cristiano ne sera probablement jamais champion du monde. Il ne sera probablement jamais l'égal des plus grands. Pourtant, les occasions n'ont pas manqué...

L'élimination du #POR et la tristesse de @Cristiano #CR7 #CDM2014 #CM2014 #CoupeDuMonde #WorldCup #WorldCup2014 pic.twitter.com/gqV0RYbyrb

— allez la france ⭐️⭐️ (@domylann) 2 Juillet 2014

Un parcours semé d'embuches
Véritable prodige, le jeune Cristiano Ronaldo brûle toutes les étapes. En 2004, il se retrouve à l'Euro, tout juste majeur. D'abord remplaçant, il gagne sa place de titulaires après des prestations de haute-voltige. Jusqu'en finale, il impressionne et étonne. Face à la Grèce il connait la première grande désillusion de sa carrière. Le Portugal s'incline 1-0, Ronaldo laisse couler ses premières larmes. La jeune star ne le sait pas encore, mais la suite de sa carrière en sélection ne sera qu'une succession d'échecs. Deux ans après, il retrouve sa bien-aimée sélection en Allemagne, pour le premier Mondial de sa jeune vie. Le Portugal se hisse jusqu'en demi-finale, mais s'incline face à la France, 1-0. Pis encore, la petite finale tourne à l'avantage des hôtes, 3-1. Pour son deuxième Euro, le joueur arrive blessé, et passe complètement à travers de la compétition. En 2010, en Afrique du Sud, l'ailier n'évolue pas dans ses meilleures conditions. En huitièmes de finale, le Portugal rencontre le futur vainqueur, l'Espagne, et sort par la petite porte, 1-0. Fortement critiqué par la presse à cette époque, le Lusitanien a à cœur de se rattraper en 2012. Héroïque tout au long de la compétition, CR7 connait encore un échec, en demi-finale, une nouvelle fois éliminé par l'Espagne. Cette fois-ci, ce sont les tirs au but qui écrivent le cours de l'histoire. En 2014 pourtant, le Portugal arrive au Brésil avec le statut de quatrième équipe au classement FIFA. Pourquoi un tel échec alors ?

Cristiano Ronaldo perdió la final de la Eurocopa 2004 en el Estádio da Luz. Fue el momento más triste de su carrera. pic.twitter.com/SbM0nU3Usa

— Tips Deporte (@TipsDeporte) 24 Mai 2014

Seul au monde
Plusieurs facteurs peuvent expliquer la déroute du Portugal au Mondial brésilien. Cristiano Ronaldo en est un. Porté par tout un pays, CR7 se voit affublé le destin de la sélection sur ses épaules. Une pression peut-être trop importante pour un joueur qui sort d'une saison pleine, trop pleine. D'autres experts remettent en cause les choix contestables de Paulo Bento. Le technicien portugais n'aurait pas suffisamment renouvelé son effectif par rapport à la compétition précédente. Les blessures n'ont pas non plus aidé les Lusitaniens, qui ont dû faire sans Hugo Almeida, Coentrao, Patricio, André Almeida, Helder Postiga, et Beto.

Et justement, en parlant de joueurs, Cristiano Ronaldo semble être une exception dans cette sélection qui ne compte quasiment plus aucun grand nom. Pepe est trop instable et n'arrive pas à gérer ses émotions dans les grandes rencontres. Moutinho, Meireles et Veloso sont hors de forme, et la saison qu'ils ont réalisée le prouve. En attaque, Paulo Bento a fait confiance à Eder. Le joueur du Sporting Braga n'a jamais été en mesure d'inquiéter les défenses adverses. Pire encore, il n'a jamais disputé de Ligue des Champions, et n'a disputé que 13 rencontres pour trois buts en Liga Sagres cette saison. Pourquoi l'avoir sélectionné alors ? Au Brésil, CR7 était véritablement comme Robinson Crusoé, esseulé dans sa solitude.

Et maintenant ?
« Nous ne sommes probablement qu'une équipe moyenne. Ce serait mentir de dire que nous faisons partir des meilleures sélections. Le Portugal n'a jamais fait partie des favoris pour la Coupe du Monde. Je n'ai honnêtement jamais pensé que nous serions champions du monde. » Le constat est sans appel. Après le match face aux Etats-Unis, Cristiano Ronaldo est bien conscient du sort de son équipe. Le temps des Figo, Fernando Couto, Rui Costa, Vítor Baía, João Pinto, Nuno Gomes, Pauleta ou Deco semble bien loin et révolu. Aucun joueur capable de prendre le relais de ces grands noms du football n'a encore émergé. Dans sa liste des 23 pour le Mondial 2014, Bento n'a d'ailleurs appelé que deux joueurs âgés de moins de 22 ans. Nelson Oliveira et les autres semblent encore beaucoup trop tendres. L'avenir de la Selecçao s'annonce donc sombre.

C'est à ce moment que tu regrettes ... FIGO - PAULETA - MANICHE - DECO ... #teamportugal #por pic.twitter.com/arrNQHeqfo

— Cristiano Latino † (@Cristianolatino) 26 Juin 2014

En 2018, Cristiano Ronaldo aura 33 ans. La Russie sera pour lui probablement sa dernière chance de remporter la Coupe du Monde. Il n'aura plus les jambes de ses 20 ans, et même s'il ne sera pas encore trop vieux, il aura perdu en efficacité. Sans coéquipiers de classe internationale autour de lui, Cristiano Ronaldo sera condamné à rester dans l'histoire comme le joueur qui aura tout gagné en club, mais rien en sélection.

Ever wondered what Cristiano Ronaldo would look like as an old man? This German newspaper did. http://t.co/pYna7zYFPT pic.twitter.com/hMJrHQdR8t

— theScore (@theScore) 16 Juin 2014

En sélection, Cristiano Ronaldo ne gagnera donc probablement jamais rien, faute de joueurs capables de sublimer le talent du capitaine. Cristiano Ronaldo, c'est définitivement l'histoire d'un mec trop seul pour gagner.