Mythes Téléfoot : Messi est-il l'égal de Maradona ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-07-10T12:36:00.000Z, mis à jour 2014-07-10T12:56:59.000Z

Dans sa rubrique Mythes Téléfoot, la rédaction raconte un événement, un fait, un joueur, une compétition, un moment d'histoire, et le démystifie. Vingt-quatre ans après sa dernière participation à une finale de Coupe du Monde, l'Argentine a décroché son billet pour espérer une troisième étoile en venant à bout des Pays-Bas. Portée en 1986 et 1990 par Maradona, puis en 2014 par Lionel Messi, l'Albiceleste retrouve ses lettres de noblesse. Peut-on enfin considérer la Pulga comme l'égale du Pibe de Oro ?

Ils sont tous les deux Argentins, capitaines de l'Albiceleste, ont porté ou portent le numéro 10, ont un palmarès bien étoffé, mesurent moins d'un mètre soixante-dix, sont gauchers, ont marqué un but après avoir dribblé tout le monde depuis leur moitié de terrain, et sont tous deux considérés comme les meilleurs joueurs de leur époque. Pourtant, l'un a gagné la Coupe du Monde, et l'autre non. Si Messi soulève le trophée dimanche, sera-t-il enfin l'égal de son idole, Diego Armando Maradona ?

Des débuts en Coupe du Monde similaires
En plus des points communs évoqués ci-avant, Messi et Maradona ont tous deux connus des débuts mitigés en Coupe du Monde. Après avoir raté de peu le Mondial 1978, écarté du groupe quelques jours avant le coup d'envoi de la compétition, Pelusa vit sa première Coupe du Monde en 1982. L'Argentine est alors championne du monde, et de grands espoirs sont portés sur la génération actuelle. Maradona doit alors porter sa sélection vers une deuxième victoire. Pourtant, rien ne se passe comme prévu pour le joueur de Boca Juniors. L'attaquant marque deux buts, mais se fait expulser contre le Brésil. Son premier Mondial vire alors au cauchemar.

DT de #ARG, Alejandro Sabella: "Messi es tan determinante como Diego Maradona en el '86" || #Noticias #Brasil2014 pic.twitter.com/keDf4Se1au

— Noticias De Futbol ® (@NDFutbol) 30 Juin 2014

C'est en 2006 que Lionel Messi vit sa première Coupe du Monde. Contrairement à Maradona, le joueur est très jeune, et l'avenir de sa sélection ne repose pas encore sur ses épaules. Il ne débute pas la compétition dans la peau d'un titulaire, mais fait quand même trois apparitions, et marque son premier but face à la Serbie-Monténégro. En quarts de finale, le parcours de l'Albiceleste prend fin, éliminée par l'Allemagne aux tirs au but. A cette occasion, Messi ne joue pas et reste sur le banc. C'est véritablement avec le Mondial 2010 qu'une comparaison peut être effectuée avec les débuts de D10S en Coupe du Monde. En Afrique du Sud, Leo débarque avec l'étiquette de leader de l'équipe. C'est à lui de faire gagner sa sélection. Comme Maradona avant lui, Messi passe complètement à côté de la compétition, et n'inscrit même pas un but. Encore une fois, l'Albiceleste est éliminée par l'Allemagne.

2014 comme 1986 ?
Après la déroute en 1982, l'Argentine a pour mission de relever la tête lors du Mondial 86. Diego Maradona doit porter sur ses épaules le terrible poids de la pression qui découle de l'événement : une fois encore, c'est à lui de mener sa nation vers la victoire. Hanté par les souvenir d'une première Coupe du Monde ratée, le désormais joueur de Naples parvient à faire table-rase du passé. Il inscrit cinq buts dans la compétition, dont un doublé mythique face à l'Angleterre en quarts de finale. Lors du match pour le titre face à l'Allemagne (clin d'œil du destin), D10S offre le but victorieux à Burruchaga. Pour la deuxième fois de son histoire, l'Argentine est championne du monde. Pour la première fois de sa vie, Maradona est champion du monde. Un luxe que ne s'est toujours pas payé Leo Messi.

Maradona est champion du monde, pas Messi
Après avoir raté ses deux premières Coupes du Monde, Messi semble relever la tête lors de la compétition au Brésil. Lors de la phase de poules, il écœure ses adversaires et enfile quatre pions. Il est d'ailleurs élu « Homme du Match » des quatre premières rencontres. Depuis, le joueur du FC Barcelone semble avoir levé le pied. Il n'a plus inscrit de but, et n'en a d'ailleurs jamais marqué dans un match à élimination directe en Coupe du Monde, à l'inverse de son idole. Si Lionel Messi veut être l'égal de Maradona, il devra absolument gagner la Coupe du Monde. Le Pibe de Oro a fait triompher sa nation en 1986, et l'a portée jusqu'en finale quatre ans plus tard. Une ligne au palmarès qu'il manque à la Pulga, alors que le sien est bien plus étoffé que celui de Maradona.

Messi peut se distinguer en étant le Maradona 2014! pic.twitter.com/m2HNmuG8la

— Nourimania- - ✈ (@nourimane1D) 6 Juillet 2014

Palmarès en club : avantage Messi
Dans sa carrière en club, Lionel Messi surpasse déjà Maradona, et de loin. La Pulga a remporté six titres de champion d'Espagne, trois Ligues des Champions, deux Coupes d'Espagne, cinq Supercoupes, deux Coupe du Monde des clubs et deux Supercoupes de l'UEFA. Sans parler de ses quatre Ballon d'Or® et de ses nombreux records. En termes de palmarès, Maradona semble bien loin de son ancien protégé. Il a été champion d'Argentine avec Boca Juniors, deux fois champion d'Italie avec Naples, et a soulevé la Coupe UEFA avec les Partenopei. Pelusa a également glané quelques coupes locales. En termes de buts, Messi est également devant. Alors que Maradona a marqué la bagatelle de 373 pralines dans sa carrière, Leo en a déjà inscrit 364 rien que pour le FC Barcelone, à 26 ans seulement.

Messi à Barcelone, Maradona un peu partout
Comparer le palmarès des deux joueurs en club n'a de sens que si l'on analyse un peu de plus près les clubs dans lesquels ont joué les deux prodiges. Messi a passé toute sa carrière au FC Barcelone, entouré de nombreuses autres vedettes comme Ronaldinho, Xavi, Iniesta, etc. Personne ne pourrait dire si le joueur aurait été tout aussi bon dans des clubs d'un calibre moindre. Diego Maradona, quant à lui, a prouvé ses talents un peu partout dans le monde. A Naples, il a été l'idole de tout un peuple, et a offert ses premières lettres de noblesse à un club qui n'avait jusque-là encore jamais brillé.

Has Messi just proved he can do it on the big stage like Maradona #ARG pic.twitter.com/1hs82TlLtp

— IrishDodger (@DillBram93) 25 Juin 2014

Maradona, star en Argentine
Si l'on devait comparer les deux joueurs en termes de popularité locale, en Argentine, Maradona remporterait les suffrages haut la main. Beaucoup d'Argentins se sont identifiés à ce robuste joueur, qui avant d'être la star qu'il est devenue, n'était qu'un gamin pauvre, qui a trouvé son échappatoire dans le football. Ayant infligé deux buts venus d'ailleurs face à l'Angleterre l'a bien aidé à s'attirer les faveurs de son pays, au regarde du contexte historique de l'Argentine. Quand Maradona soulève la Coupe du Monde, l'Angleterre, portée par Margaret Thatcher, venait de remporter quatre ans plus tôt la guerre des Malouines. La victoire face aux Anglais fut donc perçue comme la vengeance de tout un peuple. Quant à Lionel Messi, son parcours en Europe n'a pas aidé à développer sa popularité dans son pays d'origine. Il reste d'abord considéré comme Catalan avant d'être Argentin. Nul doute, encore une fois, s'il soulevait la Coupe du Monde, il rejoindrait son prédécesseur en termes de ferveur publique.

Messi est obligé d'aller en finale et de la gagner pour égaler Maradona. #NEDARG #CDM2014 pic.twitter.com/OI6Rj86AFd

— POK-A-TOK © (@SoccerGirl24PSG) 9 Juillet 2014

Messi, le Surmoi de Maradona ?
Dans ses travaux, Freud a développé le concept psychanalytique du Surmoi. Celui-ci se distingue du Ca et du Moi par sa capacité à renoncer aux pulsions et aux différentes tentations auxquelles l'homme pourrait succomber. Et dans ce domaine, la Pulga pourrait bien être le Surmoi de Dieguito. Alors que le premier cultive une image de joueur policé, le second a mené une vie remplie d'excès, et a nourri une réputation de tricheur. Sa sortie à la Coupe du Monde 1994 résume à elle toute seule le personnage : il inscrit un but d'anthologie face à la Grèce, avant d'être rattrapé par ses démons. A la fin de la rencontre, il est arrêté par la police pour dopage à l'éphédrine

Ainsi, Lionel Messi n'est toujours pas l'égal de Diego Maradona. Sur le terrain, il a beau avoir un palmarès bien plus conséquent que celui de D10S, tant qu'il ne gagnera pas la Coupe du Monde, il ne pourra jamais prétendre à être le meilleur joueur de l'histoire. Face à l'Allemagne dimanche soir, à lui d'écrire sa légende. Mais quel expression empruntera-t-il au coup de sifflet final ? Celle de Diego victorieux en 1986, ou les larmes de l'amère défaite de 1990 ?