Dans l'actualité récente

"Ce n'est pas normal"

Voir le site Téléfoot

'Ce n'est pas normal'
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-11-16T17:54:00.000Z, mis à jour 2009-11-16T17:54:00.000Z

Alors que l'on attend 25.000 Irlandais au Stade de France, mercredi, Patrice Evra ne cache pas son étonnement. Pour les contrer, l'arrière-gauche de l'équipe de France compte sur le soutien des supporters des Bleus pour s'ouvrir le chemin de l'Afrique du Sud.

PATRICE EVRA, avez-vous un pied en Afrique du Sud ?


P.E. : Non, j'ai les deux pieds ici, à Clairefontaine. Il ne faut pas faire de calcul, on a fait du bon boulot, "bravo les gars !", mais il faut se qualifier.


L'équipe de France a finalement bien répondu au défi physique des Irlandais...


P.E. : Oui, on a trop répondu en première mi-temps d'ailleurs, et si on avait continué on n'aurait pas gagné le match. Vu l'enjeu, il ne fallait pas s'attendre à du football champagne. Mais l'équipe de France est costaud, elle aime les matches comme ça.


Y a-t-il penalty sur vous à la 69e minute ?


P.E. : Oui. L'arbitre a fait un bon match, il n'a pas sifflé pour le moindre coup d'épaule, il a laissé le jeu continuer, mais il y a penalty. Peut-être le petit saut que je fais influence l'arbitre, mais j'arrive avant lui (le gardien Given), il me prend les deux pieds.


Au retour, redoutez-vous les 25.000 supporters irlandais attendus à Paris ?


P.E. : Quoi ? 25.000 ? Je ne l'espère pas, je ne sais pas à quoi c'est dû ni à qui, mais pour moi ce n'est pas normal... Mais j'ai confiance en nos supporters, j'avais poussé un coup de gueule il y a longtemps, il y a du mieux. Voir tous ces drapeaux tricolores à Croke Park, ça nous a tous touchés. Merci aux 6000 Français présents à Dublin, on s'en est parlé entre nous, ça nous a touchés. Je ne rêve pas de voir le Stade de France comme ça: c'est une obligation qu'il le soit! Ce serait logique que le peuple français se réveille pour aller à la Coupe du monde, on a tous envie d'y aller.


L'Eire est-elle capable de vous marquer deux buts ?


P.E. : Bien sûr ! On a touché l'orgueil, là... La question n'est pas de savoir s'ils sont capables de nous mettre deux buts: nous, nous sommes capables de ne pas prendre de but.


Avec le match de Lloris, pensez-vous que l'équipe de France a trouvé son gardien ?


P.E. : (Rires) Je ne suis pas Bruno Martini (entraîneur des gardiens) ni Raymond Domenech pour vous parler de ça. Je savais que c'était un grand gardien, je lui avait dit: +Hugo, t'es capable de nous faire gagner ce match. Mais Steve (Mandanda) aussi. On a deux grands gardiens. Mais c'est clair qu'il a fait un grand match."


Que vous êtes-vous dit avec John O'Shea, votre coéquipier de Manchester United qui vous avait promis l'enfer ?


P.E. : Il me l'avait promis, mais dans les tribunes! C'est vrai que c'était impressionnant, mais quand tu joues dans un grand club t'as l'habitude. Moi ça m'a fait rire, le public a même chantonné la Marseillaise.