Nouveau "scandale" : refus de s'entraîner !

Voir le site Téléfoot

Nouveau 'scandale' : refus de s'entraîner !
Par Maxime DUPUIS (à Knysna)|Ecrit pour TF1|2010-06-21T06:30:03.000Z, mis à jour 2010-06-21T06:30:03.000Z

Les Bleus ont refusé de s'entraîner dimanche après-midi pour protester contre l'exclusion de Nicolas Anelka. C'est une mutinerie anti-FFF, qui a explosé après une altercation entre Patrice Evra et Robert Duverne. Le chef de délégation a annoncé dans la foulée sa démission, couvert de "honte".

Normalement, quand on touche le fond, on remonte. Mais avec les Bleus, tout est possible. Au rythme où ils vont, ils risquent de trouver du pétrole et même de percer la croûte terrestre de l'autre côté du globe. Dimanche, à la surprise générale, ils ont refusé de s'entraîner pour contester la décision de la FFF d'expulser Nicolas Anelka du groupe suite aux propos tenus à l'encontre du sélectionneur à la mi-temps de France - Mexique (0-2). Comble du comble : c'est Raymond Domenech lui-même qui a lu à la presse le "communiqué des joueurs" annonçant cette décision. Jean-Louis Valentin, le directeur général de la FFF, chef de la délégation, a crié sa "honte" face a un tel spectacle et annoncé son retour à Paris en même temps que sa volonté de démissionner. Récit des minutes les plus improbables de la semaine.


Dimanche à 16 heures, après le départ de Nicolas Anelka vers Londres, les joueurs de l'équipe de France se sont présentés comme prévu au Field of Dreams de leur complexe du Pezula Hotel, pour une séance d'entraînement en public deux jours avant leur match contre l'Afrique du Sud. Ils ont traversé le terrain dans la largeur pour aller signer quelques autographes à certaines des 250 personnes présentes. Tous sauf un : Patrice Evra. Le capitaine, pendant ce temps, se trouvait au centre du terrain pour une discussion avec Raymond Domenech. Robert Duverne, le préparateur physique, s'y est joint, et le ton a changé. L'ambiance est devenue tendue, menaçante. L'ex-préparateur de l'OL a brandi son doigt d'un ton moralisateur et de façon si pressante que le sélectionneur a dû s'interposer entre les deux hommes. Fabrice Grange, l'un des entraîneurs des gardiens, s'est chargé de son côté d'éloigner Evra d'un Duverne excédé qui, sur le chemin du retour, a jeté son chronomètre de rage.


"Un scandale"selon le chef de la délégation


Dans la foulée, Evra a stimulé une discussion avec ses partenaires. Après quelques minutes de palabres, le capitaine a tendu à François Manardo, l'attaché de presse des Bleus, un petit papier au contenu mystérieux. Un communiqué des joueurs, visiblement préparé à l'avance, et qui formulait par écrit une décision incroyable : refus de s'entraîner ! Les Français, alors, sont rentrés dans le bus qui les avait déposés là dix minutes plus tôt. Sans toucher un ballon ni même entamer l'échauffement. Rideaux tirés. Le véhicule est reparti une heure plus tard, après que les mutins eurent obtenu de Raymond Domenech, hors de la présence du reste du staff, qu'il lise lui-même à la presse internationale le texte produit par ses joueurs. Le sélectionneur a rassuré sur une chose : les joueurs joueront mardi contre l'Afrique du Sud, après avoir mis "tous les atouts de (leur) côté".


Le symbole de cette montée en puissance dans l'absurde, c'est cette scène montrant Jean-Louis Valentin, abasourdi, remontant péniblement la butte qui entoure la pelouse, à peine connue le choix des joueurs. "J'ai honte, je rentre à Paris, les joueurs vous diront eux-mêmes ce qui se passe, a presque sangloté le directeur général de la FFF et chef de la délégation tricolore. C'est un scandale pour les Français et les jeunes qui sont ici, ils ne veulent pas s'entraîner. Pour ce qui me concerne, je quitte la Fédération." Depuis samedi, l'équipe de France s'est lancée, de l'aveu même d'Evra, à une chasse à la "taupe" après la parution dans L'Equipe des insultes d'Anelka à Domenech. Cette cause transcende visiblement toutes les autres.