Dans l'actualité récente

Obama se prend au jeu

Voir le site Téléfoot

JDM :  Obama se prend au jeu
Par M.D. avec AFP|Ecrit pour TF1|2010-06-03T09:53:00.000Z, mis à jour 2010-06-03T09:53:00.000Z

A J-14, Barack Obama sort de sa réserve et espère que tout un pays va soutenir l'équipe des Etats-Unis. L'Espagne, elle, sera chaudement supportée, ça ne fait aucun doute. Mais les joueurs n'auront pas le droit de communiquer avec les fans via les réseaux sociaux.

OBAMA, SUPPORTER NUMERO UN

Avant de quitter le sol US et de rallier l'Afrique du Sud, l'équipe nationale des Etats-Unis a été reçue à la Maison Blanche par le locataire des lieux, un certain Barack Obama. Le président a tenu à apporter un soutien sans faille aux finalistes de la dernière Coupe des Confédérations. Et ceci, même si la première puissance de la planète n'aime le "soccer" que modérément. "Tout le monde va vous soutenir", a déclaré Obama au cours de la réception, même si "on oublie parfois aux Etats-Unis que ce sera la plus grande scène mondiale où vous allez nous représenter". "Nous sommes incroyablement fiers de ce que vous avez déjà accompli", a ajouté Barack Obama. Le vice-président Joe Biden assistera au premier match face à l'Angleterre, le 12 juin.

L'ESPAGNE NE TWITTERA PAS

Le Brésil, oui. L'Espagne, non. A l'inverse de l'exemple brésilien, la Fédération espagnole de football a demandé aux joueurs de la sélection de ne pas "twitter" ou poster des messages sur Facebook durant la Coupe du monde. Le but : éviter les distractions inutiles, selon Vicente Del Bosque. Ça ne rigole pas... "On nous a demandé de ne pas aller sur Facebook et Twitter à partir de maintenant et ce jusqu'à la fin du Mondial. J'espère pour nous que ce sera le 11 juillet", a écrit Xavi sur son profil Facebook.

LA COLOMBIE DEPOUILEE

Près de 2000 dollars ont été dérobés dans les chambres d'hôtel de l'équipe de Colombie à Johannesburg, avant sa défaite contre l'Afrique du Sud lors d'un match de préparation au Mondial 2010 (2-1), rapporte vendredi la presse locale. Le vol a été commis lundi dans les chambres du Hyde Park Southern Hotel, un établissement cinq étoiles dans le nord de la capitale économique sud-africaine, qui doit accueillir la sélection de Slovénie à partir du 8 juin, précise le quotidien The Times. Deux employées de l'hôtel, qui faisaient déjà l'objet de poursuites judiciaires, ont été arrêtées et inculpées pour avoir ravi les billets, selon le journal. Cet incident est embarrassant pour l'Afrique du Sud, qui assure avoir fait le maximum pour assurer la sécurité de la Coupe du monde (11 juin - 11 juillet). Ce pays, l'un des plus dangereux au monde avec 50 homicides par jour, a recruté 44 000 agents supplémentaires pour l'occasion. Le vol au Hyde Park Southern Hotel "a été commis de l'intérieur. Comment voulez-vous que la police prévienne ce type d'incidents ?", a réagi Eugène Opperman, un porte-parole policier cité par The Times.

L'AFRIQUE OUBLIEE ?

A deux semaines exactement du coup d'envoi de la Coupe du monde, seuls 40 000 billets ont été vendus sur le continent africain, hors Afrique du Sud évidemment. Pour Jérôme Valcke, sécrétaire général de la FIFA, c'est assez décevant. Mais finalement et malheureusement logique. "De nombreux facteurs contribuent à ce démarrage très en douceur des ventes, mais cela ne veut pas dire que les Africains ne sont pas enthousiastes." Le dirigeant a pointé du doigt plusieurs freins, comme "les prix excessifs des transports sur le continent" ou "l'inexistence de clubs de supporters à l'échelle nationale des pays africains." Selon les dernières estimations, entre 97% et 98% des billets mis en vente devraient trouver preneurs. Un taux équivalent à celui des précédentes Coupes du monde.