Dans l'actualité récente

OL : Aulas fait un (demi) mea-culpa

Voir le site Téléfoot

error
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2016-02-20T16:00:04.223Z, mis à jour 2016-02-20T16:52:21.966Z

Interrogé sur la gestion du cas Alexandre Lacazette en début de saison, le président lyonnais Jean-Michel Aulas reconnaît une erreur de communication.

Dans un long entretien accordé au Figaro, Jean-Michel Aulas revient sur les dossiers Lacazette, Aurier et Génésio.

Une prolongation mal gérée

Quand on connaît la propension qu'a le président lyonnais à rester sur ses positions, le petit rétro-pédalage qu'il concède dans la gestion du cas Lacazette l'été dernier est un événement à lui tout seul. Annoncé sur le départ, Alexandre Lacazette (24 ans) avait finalement décidé de continuer son aventure avec l’Olympique Lyonnais en prolongeant son contrat avec le club rhodanien jusqu’en 2019. Un contrat dont les détails financiers avaient été publiquement dévoilés par Jean-Michel Aulas, président des Gones. Une communication insolite qui est longtemps restée en travers de la gorge du buteur lyonnais, qui en voulait à son président.

"Il ne fallait pas le faire"

Interrogé dans les colonnes du Figaro ce samedi, JMA est revenu sur cette affaire. Et d’après ses propos, le dirigeant rhodanien semble regretter. "Je ferais les choses différemment car Alexandre n’a pas réagi comme je l’imaginais. Je ne pensais pas que ça le choquerait autant parce que je suis dans une entreprise où les salaires sont affichés. Sur le fond, revaloriser les meilleurs joueurs pour éviter qu’ils ne partent une année où on joue la Ligue des champions, était légitime et indispensable. Mais on peut ne pas être d’accord pour parler de son salaire. Alexandre sortait d’une virginité en matière de médiatisation. Il ne fallait pas le faire car il n’était pas prêt." Ceci étant, je préfère qu’il ait eu cette réaction plutôt que celle de Serge Aurier."

Aurier ? Les politiques sont responsables

Sur le sujet Serge Aurier justement, Jean-Michel Aulas ne comprend toujours pas ce qui a pu passer par la tête du joueur parisien : "Jamais je n’aurais imaginé que ce soit possible (…) Des choses comme ça sont incroyables. Elles sont significatives, non pas du monde du foot, mais de l’environnement social donc politique. Ce sont les hommes politiques qui en sont responsables."  L'autre révélation offerte à nos confrères du Figaro concerne Bruno Génésio. Le technicien à l'origine du léger réveil des Gones en championnat ne semble pas forcément voué à passer la main à la fin de l'exercice en cours. "Si Bruno (Genesio) réalise les objectifs, il restera, sinon le nouveau manager (NDLR : qui pourrait être Gérard Houllier) aura la lourde tâche de trouver un autre technicien pour la saison à venir. "

La première réussie de l'Olympique lyonnais dans son nouveau Parc OL :