OL - Aulas : " Une belle proposition de Donetsk pour Gomis "

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Gwendoline NATALI|Ecrit pour TF1|2013-06-23T10:08:00.000Z, mis à jour 2013-06-23T10:11:35.000Z

Jean-Michel Aulas persiste et signe : Bafétimbi Gomis doit partir dès cet été. Le président de l'OL compte bien vendre l'attaquant français à qui il ne reste qu'un an de contrat. Le Shakhtar Donetsk, intéressé, aurait d'ailleurs fait une offre pour le joueur lyonnais.

Le conflit continue entre Jean-Michel Aulas et Bafétimbi Gomis. Alors que le président de l'OL souhaite vendre son joueur, l'attaquant lyonnais souhaite lui rester. Mais une offre du Shakhtar Donetsk pourrait accélérer le dossier.

« Une forme de racket »

Jean-Michel Aulas ne s'en cache pas : sa priorité est de vendre Bafétimbi Gomis. Le président de l'OL profite d'ailleurs de son compte Twitter pour régler ses comptes avec l'attaquant des Gones : « Il ne fête même plus ses buts avec le groupe et ne salue pas son entraîneur quand il sort ». Le patron lyonnais craint notamment de voir son joueur partir l'année prochaine libre de tout contrat. Une situation qu'il compare à une « une forme de racket ». « Il avait promis de ne pas partir libre, car nous lui avions permis de partir de Saint-Etienne pour près de 15M€ » rappelle JMA dans l'un de ses nombreux tweets.

« Un accord possible »

Interrogé ce dimanche par Le Parisien, Jean-Michel Aulas a avoué que plusieurs clubs seraient intéressés par le profil de Bafétimbi Gomis. Les clubs gallois de Cardiff et Swansea seraient en effet prêts à enrôler l'attaquant de 27 ans. Mais le président de l'OL a avoué qu'une autre équipe était entrée dans la course : « Le Shakhtar Donetsk (Ukraine) nous a fait une très belle proposition, nous pourrions tomber d'accord avec ce club ».

Gomis pas convaincu ?

Reste à savoir si le projet du champion d'Ukraine attirera Bafétimbi Gomis. Pour le moment, l'international français ne serait pas tenté par un départ de l'OL. De quoi particulièrement agacer Jean-Michel Aulas qui commence à s'impatienter : « Soit j'arrive à lui trouver un club qui lui convient et tout le monde y trouve son compte à une année de Coupe du monde, soit il reste et on perdra sa valeur d'achat. »