OL : Kilian Pagliuca, portrait de la nouvelle pépite de Tola Vologe

Voir le site Téléfoot

OL - Kilian Pagliuca
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2015-03-18T15:18:00.000Z, mis à jour 2015-03-18T15:18:00.000Z

Réputé pour l'excellence de son centre de formation, l'Olympique Lyonnais pourrait bien avoir déniché une nouvelle perle rare. A 18 ans seulement, Kilian Pagliuca affole les compteurs dans les équipes de jeunes. Portrait d'un joueur qui marche sur les traces de Karim Benzema et Alexandre Lacazette.

Il porte le nom d’un gardien mythique de l’Italie, mais Kilian Pagliuca a plus l’habitude de faire trembler les filets que de les protéger. Pour Telefoot.fr, l’attaquant vedette du centre de formation de l’OL revient sur un début de carrière très prometteur.


Kilian Pagliuca, pisté par Manchester United et le Napoli

Fils de Roberto Pagliuca, mythique gardien de but de l’US Meinier, en Suisse, Kilian baigne dès son plus jeune âge dans le milieu du football. Comme son père, il rêve de passer sa vie sur les terrains verts. A 5 ans, il s’inscrit alors au FC Meyrin, point de départ d’une ascension fulgurante. Sept ans plus tard, le gamin rejoint le Servette de Genève, club dans lequel il passe quatre saisons à gratter la gonfle. Vite repéré pour son aisance balle au pied, il prend la direction du centre de formation de Payerne, l’équivalent du Clairefontaine suisse.


En 2012-2013, sa carrière prend un tout autre tournant, pour le moins inattendu : « L’Olympique Lyonnais a pris contact avec le Servette et mon père. Ensuite ils sont venus me voir jouer plusieurs fois, que ce soit au Servette ou en sélection. On a commencé à se rencontrer, à discuter. » Malgré des propositions de Manchester United et de Naples, le jeune attaquant décide de rallier la France. Une décision logique, tant le club de Jean-Michel Aulas mise sur ses jeunes pousses : « Lyon mise énormément sur son centre de formation, c’est ça qui m’a poussé à rejoindre le club. C’était pour moi le projet le plus intéressant, et en plus, ce n’était pas très loin de la maison. C’était avantageux pour moi d’aller à Lyon. »


L'aventure continue.. Prolongation de deux nouvelles années à l'@OL ! #ThanksGod #TravailVolontéPrière=Réussite 🙏🙏⚽️ pic.twitter.com/dDtUtEBj8T

— ❤️†⚓️ (@KilianPagliuca) 11 Juin 2014

« Pourquoi ne pas commencer à m’entraîner avec les professionnels »

Lors de sa première saison à l’OL, Kilian Pagliuca inscrit la bagatelle de 15 buts en 16 rencontres, avec les U17. Des statistiques impressionnantes, qui poussent la direction rhodanienne à prolonger le jeune attaquant. En 2014, le natif de Genève signe un contrat de deux ans comme stagiaire professionnel. Il fait également le grand saut, et passe des U17 aux U19. Loin de perdre ses repères, bien au contraire, Kilian continue d’impressionner. Il termine meilleur buteur des moins de 19 ans et apparaît régulièrement en CFA.


Alors que la saison 2014-2015 arrive à son terme, le Suisse nourrit de grandes ambitions : « J’aimerais disputer un maximum de matches en CFA. Après, au niveau de la Gambardella, ça serait bien d’aller le plus loin possible. Ça passe par un bon résultat ce weekend contre Saint-Etienne, en huitièmes de finale. Ensuite, pourquoi ne pas commencer à m’entraîner avec les professionnels, afin de préparer la saison prochaine. Mon objectif sera alors de déboucher sur un contrat professionnel. »


« Quand je vois Benzema jouer, je me dis que j’ai un peu le même profil »

Obtenir ce fameux contrat devrait être une formalité pour l’attaquant, qui présente un profil polyvalent. Numéro 9 de formation, il est capable d’évoluer sur tout le front de l’attaque : « Normalement, je suis plutôt un attaquant, un numéro 9. Dans le passé, j’ai pourtant commencé numéro 10. C’est donc un poste auquel je peux jouer. En sélection, je joue sur le côté. Ma qualité principale est ma finition. Je suis un joueur des 16 mètres. Pour quelqu’un de grand [1,88m, nldr], je suis technique. On dit souvent que les grands joueurs ne sont pas techniques, mais ce n’est pas mon cas. »


A l’aise balle au pied, Kilian Pagliuca aime prendre part au jeu de son équipe. Un style très proche de celui de Karim Benzema : « Quand je vois Benzema jouer, je me dis que j’ai un peu le même profil. C’est un attaquant qui n’aime pas trop jouer en pivot. Il aime bien redescendre, toucher le ballon, provoquer. C’est ce que j’aime faire. Je ne suis pas un attaquant qui reste devant. Souvent, ce qu’on me reproche c’est de trop venir participer au jeu, alors qu’on aimerait plus que je reste devant, que je tire. Je ne peux pas rester dix minutes sans toucher le ballon, comme les Inzaghi et ce type d’attaquants. » Supporteur invétéré de la Juventus, Kilian Pagliuca affectionne tout particulièrement Alessandro Del Piero. « Sinon, j’aime beaucoup Ronaldo, le vrai, Cavani, Benzema et Lewandowski », nous explique Kilian.


La Nati, la Squadra Azzurra ou les Bleus ?

Né en Suisse d’une mère française et d’un père italien, Kilian Pagliuca n’aura que l’embarras du choix s’il est amené à jouer avec une équipe A nationale. Pour l’heure, il a écumé toutes les sélections de jeunes de la Suisse. En ce moment, l’attaquant est d’ailleurs au pays de Federer, en stage où il prépare le Tour Elite, la phase de qualification à l’Euro des moins de 19 ans : « J’ai bon espoir de disputer cette compétition, mais pour cela, il faudra faire un bon Tour Elite la semaine prochaine. Ça sera assez compliqué, car notre groupe est relevé : Norvège, Serbie et Hollande. L’Euro a lieu en juillet en Grèce. »


Qualification pour le Tour Élite ✅ Victoire 7-1 contre Malta avec 1 but et 2 assists ⚽️ pic.twitter.com/CXfaNw9Uvu

— ❤️†⚓️ (@KilianPagliuca) 15 Novembre 2014

S’il a pour le moment donné sa préférence à la Nati, il n’exclut pas un jour de jouer pour l’Italie : « La Suisse est le pays qui m’a tout donné, qui m’a vu grandir. C’est là où j’ai commencé à jouer au football. L’Italie c’est le choix du cœur. C’est le pays de mon père. Depuis tout petit, je supporte l’Italie. Porter le maillot de l’Italie un jour serait un rêve, mais vu ma situation, la Suisse reste la priorité. »


« Mon objectif est plus de me créer un prénom qu’un nom »

Alors que Gianluca Pagliuca a fait les beaux jours de la sélection italienne de 1991 à 1998, il pourrait y avoir un autre Pagliuca dans la Squadra Azzurra. Un nom chargé d’histoire, parfois difficile à porter pour Kilian : « Sincèrement, je ne fais pas trop attention à ça. Mon nom de famille est très connu en Italie. Mon objectif est plus de me créer un prénom qu’un nom. Gianluca Pagliuca n’est pas de la même famille que moi. Il n’y a rien d’autre de similaire entre nous. »


Avant de penser aux sélections nationales, Kilian Pagliuca préfère garder les pieds sur terre et terminer sa formation. A son terme, il y décrochera certainement son premier contrat professionnel, qui lui permettra peut-être d’accomplir son rêve : remporter la Ligue des Champions.