Dans l'actualité récente

OL : Lyon, leader en sursis

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-01-19T05:43:00.000Z, mis à jour 2013-01-19T06:06:16.000Z

Accroché sur sa pelouse par Evian-TG (0-0), l'OL garde les commandes du championnat mais pourrait se faire rejoindre par le PSG en cas de victoire de ce dernier à Bordeaux dimanche soir.

Sans imagination, l'OL confirme ses difficultés actuelles en concédant le nul face à Evian-Thonon-Gaillard (0-0).


Le mauvais visage de Lyon

L'OL pioche en ce début d'année 2013. Trois sorties pour autant de prestations au goût amer. Une élimination piteuse en Coupe devant Epinal (National), une victoire heureuse en championnat à Troyes (1-2) et un nul décroché sans brio ce vendredi soir face à Evian (1-1). Un point commun à ses prestations : la disparition totale d'un fond de jeu qui avait porté l'Olympique lyonnais sur le devant du championnat avant la trêve. Le PSG, en cas de succès dimanche soir sur la pelouse du Parc Lescure à Bordeaux, pourrait profiter de ce vrai coup de pompe (2e du classement avec points à 3 longueurs de Lyon).


Le mercato en question
Remy Vercoutre n'y voit, pour hier soir en tout cas, que des circonstances défavorables dont la responsabilité incombe à un adversaire, Evian, venu pour ne pas perdre : « Depuis le début, c'est notre qualité de jeu qui nous tire vers le haut. Ce soir, on n'a pas réussi à la mettre en place. Forcément, c'est plus compliqué pour venir à bout de ces équipes bien recroquevillées, qui jouent crânement leur chance. » Pas question pour le portier de l'OL d'y voir là le résultat d'un mercato pesant (avenir incertain de Gomis et Lisandro) à même de perturber la mécanique lyonnaise. « Je suis joueur, je ne m'occupe pas de ça », se contenta-t-il de déclarer, passablement énervé, à la sortie des vestiaires.


Gomis - Lisandro : qui part, qui reste ?
Interrogé sur le choix de ne pas faire évoluer ensemble ses deux attaquants vedettes, l'entraîneur de l'OL n'a, lui, pas nié l'évidence : « C'est un fait. Il y a des circonstances qui font que c'est comme ça. Permettez-moi de garder le reste pour moi, répond Rémi Garde. Le groupe ne peut pas s'arrêter à des choses comme ça même si elles rejaillissent peut-être ce soir sur l'équipe. » Et Gomis (qui n'a pas salué son entraîneur lors de son remplacement) ? « Il y a peu de joueurs qui sautent au cou de leur entraîneur pour le remercier de les sortir. » Pour ajouter à l'ambiance de plomb régnant à Tola-Vologe actuellement, outre Bafétimbi Gomis et Lisandro Lopez , c'est le cas Michel Bastos qui fait beaucoup causer avec l'intérêt, dit-on grandissant, de Schalke 04. Trois joueurs majeurs susceptibles de plier bagage du jour au lendemain, on a fait mieux pour préparer les prochaines batailles.


Si L'OL fait la grimace, les joueurs d'Evian-TG (16e, 20 points) retrouvent, eux, le sourire avec ce match nul qui met fin à une série de trois défaites consécutives.