OL - PSG : Aulas a l'impression "d'être maltraité"

Voir le site Téléfoot

Aulas : 'Labrune a souvent expliqué à tout le monde avoir la science infuse'
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2014-04-19T21:38:00.000Z, mis à jour 2014-04-22T08:52:31.000Z

A chaque finale sa polémique mais pour la formation lyonnaise, c'est celle de trop. Rémi Garde, relayé par son président Jean-Michel Aulas, ne décolèrait pas après le penalty accordé à tort au Paris Saint-Germain. Un facteur décisif sur l'issue de la finale selon eux.

Alors que le camp parisien commence à récolter ce qu'il a semé cette saison et s'en félicite, le camp lyonnais peste encore une fois contre l'arbitrage.


Cabaye : "Je suis venu pour ça"

Les sourires sont francs et les cris perçants. Les Parisiens, le temps d'un soir, ont mis de côté leurs espoirs déchus de triplé et fêtent comme il se doit ce succès en finale de Coupe de la Ligue. Pour tous les joueurs c'est une première et forcément ça marque. "Je suis venu à Paris pour ça, pour gagner des trophées, s'enthousiasme Yohan Cabaye. Ça fait plaisir, on joue pour gagner, c'est ce que l'on fait et c'est très bien." Christophe Jallet, lui, savoure d'autant plus que certains démons ont ressurgi durant la rencontre : "Ça ressemblait au match de Chelsea, on voyait le chrono défiler et on attendait la fin, ce soir jusqu'à la 96e minute. C'est dommage d'avoir encaissé ce but, on s'est fait peur. Il y avait de la tension dans les premières minutes, mais on a su se libérer. Le plus important dans une finale, c'est de la gagner."


Garde : "On perd la finale sur une erreur d'arbitrage"

Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL, ne le sait que trop bien ce qui ne fait que rajouter à son dépit. Pour lui, après les épisodes récents, la coupe est pleine. Il ne peut plus voir le corps arbitral en peinture. La cause : le penalty sifflé pour la faute hors de la surface de Lopes. "On perd la finale sur une erreur d'arbitrage. C'est plus facile de mettre de mettre deux matches de suspension à Clément Grenier pour des mots de vestiaires que de prendre une bonne décision avec cinq arbitres, assène t-il. Je suis extrêmement triste de perdre sur une double erreur. Il n'y avait pas faute et l'action se déroule en dehors de la surface. A quoi sert le cinquième arbitre qui doit être bien placé ?"


Aulas : "Une hérésie incroyable"

Son président, Jean-Michel Aulas, sur la même longueur d'onde, sortait de la réserve qu'il s'était imposée ces derniers mois. "J'ai revu les images, a indiqué le dirigeant. Non seulement la faute est commise à deux mètres de la surface, mais c'est Anthony (Lopes) qui est percuté a posteriori après que le joueur (Lucas) ait perdu le ballon. On est dans une hérésie absolument incroyable. Je l'ai dit à M. Lannoy dans la tribune officielle". A force, Aulas commence "à se poser des questions. Il y a eu Lille, Monaco, Saint-Etienne et maintenant Paris, a-t-il rappelé. On a l'impression d'être maltraité." Sur la performance de ses joueurs, Rémi Garde ne montrait guère plus d'enthousiasme : "Ce soir il y a beaucoup de déception. Je crois que c'était un match disputé. On n'a pas bien débuté. C'est la seule chose que je peux reprocher à mes joueurs. Cela a donné une première période pas très rythmée. Sur la deuxième, on a fait ce qu'on pouvait avec les moyens de l'équipe et le banc."