OL - PSG : Lyon tient tête à plus fort

Voir le site Téléfoot

error
Par François TOUMINET|Ecrit pour TF1|2015-02-08T21:25:00.000Z, mis à jour 2015-02-09T01:31:27.000Z

Menés au score, les Parisiens ont su mettre le bleu de chauffe pour arracher le nul (1-1). La victoire elle ne semblait pas être une priorité. Dominé mais courageux, Lyon garde la tête du championnat.

Clinton Njie, servi idéalement par Fekir, a ouvert le score au terme d'une action joliment menée par les Lyonnais (1-0, 31e). Les Parisiens, trop suffisants, ont alterné le bon et le pire et n'ont dû leur salut qu'à un penalty inscrit par Ibrahimovic ((1-1, 69e).


Statu quo en tête

Le choc de cette 24e journée s'annonçait alléchant. Il le fut dans les grandes lignes avec du spectacle quasi-permanent et un héros, car il en faut toujours un. Ce héros, c'est Anthony Lopes. Le gardien de l'OL est à créditer d'une performance de haut-vol dont devrait souvenir un moment encore Edinson Cavani. Le portier, auteurs de multiples parades, est au final le principal responsable de ce partage des points qui accentue l'effet de statu quo au terme de cette journée de championnat. Lyon, Paris, Marseille et Saint-Etienne, tous auteurs d'un nul, restent figés dans leur position. Et c'est toujours l'OL, avec deux points d'avance sur le PSG, qui mène la danse.


Lopes en état de grâce

Dominatrice, l'escouade parisienne a donc longtemps buté sur Anthony Lopes. Dans les pieds ou dans les airs, Ibrahimovic, à deux reprises, et surtout Cavani, ont eu à faire à un gardien en état de grâce. Après avoir longtemps empécher Paris de prendre les commandes du match, il a repoussé autant que faire se peut l'égalisation détournant même la première tentative d'Ibrahimovic sur penalty. Malgré la légère frustration liée au résultat final, Lopes ne cachait pas sa satisfaction du devoir bien accompli. "Je n'irai pas jusqu'à dire que j'étais imbattable mais c'est vrai que c'était un bon match de ma part et que c'est un sentiment qu'on aime avoir sur le terrain. Après j'essaye toujours d'apporter un plus à l'équipe et cela a été le cas ce soir."


Blanc hausse le ton

Dans le camp d'en face, la satisfaction du point rapporté de Gerland est difficile à percevoir. Il paraît même qu'il valait mieux se faire petit à la mi-temps face au courroux de Laurent Blanc. L'entraîneur du PSG était agacé et il y avait de quoi. "Il fallait les faire courir et les épuiser. Seul problème, il n'y avait pas assez d'appel en profondeur et on revenait beaucoup trop en arrière. Le message a été passé à la mi-temps et c'était mieux en seconde, explique t-il calmement à la fin du match. On a expliqué certaines choses, c'est notre rôle de le faire. Ce n'était pas normal d'être mené à la mi-temps après tout le jeu qu'on avait fait." Et de conclure : "II nous manque encore quelque chose dans la détermination. Il faut faire ce qu'il faut pour y arriver."


Lors de la prochaine journée, le PSG recevra Caen (14 février) et l'OL se déplacera à Lorint (15 février).