OL - Transfert : Cissokho ou Bastos, qui partira le premier ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-08-23T14:34:00.000Z, mis à jour 2012-08-23T14:34:00.000Z

Lyon aimerait vendre au plus vite Aly Cissokho et Michel Bastos. Mais dans un marché des transferts atone, ces deux dossiers traînent en longueur. Lequel quittera l'OL en premier ?

Aly Cissokho et Michel Bastos sont quasi certains de ne pas poursuivre la saison dans les rangs lyonnais. A condition que l'OL se mette d'accord avec Al-Aïn et Valence.


Cissokho bientôt à Valence ?

Alors que l'OL peine à se délecter de tous ses gros salaires devenus indésirables, le cas d'Aly Cissokho (24 ans) semble enfin prendre une tournure satisfaisante. L'Equipe annonce que le joueur est d'ores et déjà d'accord avec Valence et que le transfert ne tient plus qu'à 2 millions d'euros, soit l'écart existant entre la proposition du club espagnol (6 M€) et le prix réclamé par Lyon (8 M€). Le latéral gauche est sous contrat jusqu'en 2014.


Le dossier Bastos au point mort

En ce qui concerne Michel Bastos, dont le contrat chez les Gones se termine en 2015, son transfert à Al-Aïn pourtant considéré comme acquis il y a quelques semaines, n'est toujours pas bouclé. Là encore, l'OL tente d'obtenir une indemnité plus conséquente que les 9 millions d'euros proposés par le club des Emirats arabes. Mais les deux parties devraient finir par tomber d'accord et le Brésilien de 29 ans quittera bientôt lui aussi Tola Vologe.


Réveillère est toujours là

Anthony Réveillère était quant à lui déjà parti la semaine dernière. L'international français avait rejoint Paris et son ambitieux club dans le cadre d'un échange avec Milan Bisevac. Malheureusement pour les Lyonnais, le défenseur de 32 ans a été recalé lors de la visite médicale, ce qui ne veut pas dire qu'il restera à l'OL pour autant. En cas d'offre intéressante, Lyon ne retiendra pas le joueur, qui touche lui aussi un salaire conséquent.

L'OL compte bien placer certains joueurs sur le marché des transferts, mais Jean-Michel Aulas n'a pas non plus l'intention de les brader.