Dans l'actualité récente

Olivier Giroud : "On a le sentiment du devoir accompli"

Voir le site Téléfoot

Olivier Giroud
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-11-24T10:48:00.000Z, mis à jour 2013-11-24T11:17:52.000Z

Olivier Giroud est revenu sur les deux dernières semaines aux couleurs des barrages pour le Mondial 2014. De son envie de bien faire à l'échec puis la libération, l'attaquant Arsenal se livre en toute sincérité.

Suivi par les caméras de Téléfoot pendant deux semaines au moment de la trêve internationale, Olivier Giroud nous a fait vivre les barrages à sa façon, laissant exprimer son sens du devoir, ses doutes et sa joie d'avoir fait partie de l'exploit.


"Les deux matches les plus importants de ma jeune carrière"
Pour Olivier Giroud, Ukraine-France et France-Ukraine ne représentaient ni plus ni moins que "les deux matches les plus importants" de sa jeune carrière. Le genre de rencontres qui pèsent lourd. "On a envie de sentir cette adrénaline, cette tension des grands matches." explique l'attaquant d'Arsenal, qui était aux premières loges lors de la défaite à l'aller (2-0). "On est prêts à mourir sur le terrain" avait-il indiqué avant le retour, en indiquant qu'il en avait marre de parler.


"J'ai compris son choix"
Néanmoins, Olivier Giroud était sur le banc lors de France-Ukraine. Il n'est rentré qu'à la fin et a même bien failli marquer le quatrième but. Et si Didier Deschamp lui a préféré Karim Benzema pour des questions tactiques, l'ancien joueur de Montpellier le comprend, "J'ai compris son choix. J'ai apprécié la démarche." Ce choix de l'entraîneur n'a pas terni sa joie et c'est lui qui a chanté la Marseillaise après la victoire. "Il y a des mecs qui avaient les larmes aux yeux. On a le sentiment du devoir accompli."


Un doublé pour son retour à Arsenal
La qualification pour le Brésil semble avoir libéré Olivier Giroud, qui n'avait plus trouvé le chemin des filets avec Arsenal depuis plusieurs semaines. Samedi, face à Southampton, il a signé un doublé et offert un succès précieux au club londonien. Ces buts là, il dit les dédier à son grand-père, décédé trois jours plus tôt. "Je suis un homme heureux aujourd'hui." conclut Giroud.