Dans l'actualité récente

OM : Valère Germain déjà indéboulonnable ?

Voir le site Téléfoot

Valère Germain   Olympique de Marseille KV Ostende   Ligue Europa
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2018-01-16T13:02:01.972Z, mis à jour 2018-01-16T13:02:02.993Z

Après une période compliquée à l'automne, Valère Germain a regagné sa place sur le terrain et le chemin du but. L'Olympique de Marseille, qui reçoit Strasbourg (ce soir 19h), pourrait encore en profiter lors du premier match de cette 21e journée de Ligue 1.

Davantage séduisant dans le jeu, l'OM plonge dans cette seconde partie de saison avec confiance. Le retour de Valère Germain aux avants-postes n'y est sans doute pas étranger.

Des stats et du jeu

Incontestablement, Valère Germain fait du bien à l'OM depuis qu'il est devenu titulaire à la place de Kostas Mitroglou. Même si le leader d'attaque marseillais depuis le début de saison reste de loin Florian Thauvin, comme il l'a encore démontré à Rennes avec une neuvième passe décisive cette saison (pour 9 buts), l'ancien Monégasque a su se montrer à la hauteur en Bretagne. Auteur de l'ouverture du score (35e), avec sang froid, et passeur pour Sanson juste avant la pause (45e), l'attaquant a tout réussi aussi ou presque. Il totalise désormais quatre buts lors de ses quatre derniers matches en Ligue 1 (et cinq si l'on y ajoute le match de Coupe de la Ligue face à... Rennes). "J'avais fait un bon mois de décembre, j'avais envie de repartir sur de bonnes bases en ce mois de janvier, je suis donc satisfait. J'avais envie de redevenir décisif", se réjouissait-il samedi dernier dans les colonnes de l'Equipe.

Le lobbying du vestiaire

Désormais plus tranchant dans la zone de vérité, Germain est surtout en train de donner raison à ses coéquipiers et en partie tort aux choix automnaux de Garcia. Préoccupés par le manque d'efficacité de la recrue phare, Kostas Mitroglou, certains camarades auraient en effet milité auprès de l'entraîneur olympien pour que le Français retrouve une place dans le onze de départ. Une version confirmée à demi-mot par le principal intéressé. "Ils ont peut-être poussé, mais je crois que c'est surtout le choix du coach", a réagi l'avant-centre. "Même si certains ont des préférences, je pense que c'est surtout le coach qui décide, on est quand même dans un grand club." Et puis y'a pas de mal à brosser son chef dans le sens du poil.

Mitroglou n'est plus une menace

Généreux et mobile là où le Grec traverse les matchs comme une ombre, le champion de France en titre sous les couleurs monégasques fait désormais office de nouveau numéro un à la pointe de l'attaque phocéenne. Reste à savoir pour combien de temps car, en dépit de ses bons états de service actuels, Germain n'est pas dupe et sait son statut fragile dans un club de la dimension de Marseille. Un sixième but en six matches ce soir face à Strasbourg le renforcerait quelque peu.