Dans l'actualité récente

OM - Atlético de Madrid : Antoine Griezmann brille en finale de Ligue Europa

Voir le site Téléfoot

RTS1RRZH
Par Vincent Guillot|Ecrit pour TF1|2018-05-17T08:52:19.380Z, mis à jour 2018-05-17T08:54:50.942Z

On l’attendait au plus haut niveau, Antoine Griezmann s’est montré à la hauteur. Au grand dam des joueurs de l’OM, la vedette de l’Atlético de Madrid a éclaboussé de sa classe la finale de la Ligue Europa au stade des Lumières hier soir.

La star de l’équipe de France n’avait jamais gagné une finale. Ni même un titre. C’est chose faite depuis hier, et avec la manière. Antoine Griezmann a signé les deux premiers buts de l’Atlético de Madrid, démontrant une nouvelle fois l’intégralité de ses talents. Ses dons de buteur plein de sang-froid d’abord. A la 21e minute son sens du but impitoyable a permis de faire basculer la finale en faveur des madrilènes. Exploitant une relance dans l’axe hasardeuse de Steve Mandanda et un contrôle raté d’Anguissa, le numéro 7 se présentait seul face au gardien olympien qu’il parvint à tromper sans aucune autre forme de procès. Un coup terrible pour les marseillais qui avaient jusque-là entamé  le match tambour battant.


Buteur et chef d'orchestre


Lorsqu’un deuxième coup du sort - la sortie sur blessure de Dimitri Payet - tomba sur le dos des Marseillais, Griezmann n’oublia pas qu’il est aussi le leader de l’équipe de France. Il vint spontanément soutenir et réconforter son coéquipier en bleu. 

Puis en seconde mi-temps, la star de l’équipe de France a montré ses capacités de chef d’orchestre, dirigeant le jeu d’une équipe madrilène plus joueuse qu’attendue. Haranguant ses coéquipiers, distribuant le ballon à merveille et régalant de gestes techniques, il se chargea lui-même d’asséner le coup de grâce, d’une fabuleuse pichenette sur un Mandanda impuissant.

C’est donc enfin une première finale gagnée pour Griezmann, malheureux en 2016 après ses deux finales perdues, celle de la ligue des Champions face au Real de Zidane et celle de l’Euro 2016 face au Portugal. Un bon signe à quelques semaines d’une coupe du monde dont il sera à coup sûr l’homme fort de Didier Deschamps.