Dans l'actualité récente

OM : Bernès et son p'tit OM illustré

Voir le site Téléfoot

Marseille : grand chambardement à l'OM ! (12/06/2011)
Par François Touminet|Ecrit pour TF1|2016-04-23T11:17:12.727Z, mis à jour 2016-04-23T11:18:28.498Z

Le quotidien L’Equipe dévoile ce samedi les écoutes téléphoniques concernant Jean-Pierre Bernès réalisées dans le cadre de l’affaire des transferts suspects de l’OM.

Dans son édition de samedi, L'Equipe dévoile le contenu des écoutes de Jean-Pierre Bernès dans le cadre de l'enquête sur les transferts de l'OM entre juillet 2011 et octobre 2012.

Bernès et les agents

Alors que Le Canard Enchaîné a récemment publié des retranscriptions d'écoutes téléphoniques ordonnées par des juges marseillais qui enquêtaient sur une entreprise d'extorsion de fonds à l'Olympique de Marseille, L'Equipe en remet une couche ce samedi. Le quotidien sportif se concentre sur le cas de Jean-Pierre Bernès, l'un des agents les plus influents sur le marché. Sur plusieurs pages, on apprend notamment qu'il entretenait des relations difficiles avec certains de ses concurrents. C'était le cas concernant Jean-Christophe Canot ("c'est une potiche"), Christophe Hutteau ("en prenant Hutteau, j'explique, c'est comme si tu prenais Anigo") ou encore le duo Jean-Luc Barresi-Karim Aklil ("Gignac, il est venu avec Barresi, il s'est retrouvé à minuit, 2 heures du matin dans un aéroport, avec Karim Aklil, avec les pistolets !")

Ligue 1 : Marseille, la vente ou le chaos ?

Bernès et l'OM

Evidemment, qui dit Bernès dit forcément l’OM. Depuis, même s’il a pris ses distances avec le club phocéen (suite à l'affaire VA-OM en 1993), il n’en demeure jamais très loin. Et inévitablement, Vincent Labrune se retrouve au centre de ses critiques. Plus que Margarita Louis-Dreyfus en tout cas, dont il dit : "La femme à Dreyfus, elle ferait mieux de prendre ses billes, de vite partir parce que ça va lui coûter très cher." Avant de poursuivre, sur l’actuel président de l’OM : "Si elle (Margarita) se fait marabouter par des gens qui ne comprennent pas le football, alors" Mais ce n’est pas tout puisque Bernès confie à Louis Acariès : "Je t’explique Louis où je les ai niqués, c’est qu’avec le contrat que je lui ai fait à Deschamps, s’ils veulent le virer, ça va lui coûter des tonnes d’argent."

Le conflit Deschamps-Anigo

Deschamps justement, il en est également beaucoup question. Dans ses conversations avec Bernès, le sélectionneur n'y cache pas ses inimitiés. En octobre 2011, au sujet de José Anigo. "J'ai dit : "Margarita, vous savez, c'est clair. Ici, il y a une personne, c'est José Anigo, depuis que je suis arrivé, il attend qu'une chose, c'est que je parte. Donc euh... Et il est content quand ça se passe mal. (...) Il n'y a pas de solution. C'est quelqu'un qui me déteste et je le déteste profondément. Et qui fait tout contre moi." DD évoque également Gignac à une époque où les rapports n'étaient pas au beau fixe entre le joueur et son entraîneur : "Gignac, tu peux oublier (pour le faire partir de l’OM). Il est là, on va le traîner comme un boulet. Il ne veut pas partir, il fout plus rien depuis douze jours. Bon, il a envie d’être payé aux frais de la princesse, quoi."