OM : Dassier allume Labrune et Deschamps

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-05-24T07:53:00.000Z, mis à jour 2012-05-24T07:56:20.000Z

Jean Claude Dassier est sorti de son silence un peu moins d'un an après son éviction de la présidence de l'OM. Dans un entretien accordé à l'Equipe, l'ancien journaliste n'épargne pas Vincent Labrune et regrette l'attitude de Didier Deschamps.

Discret tout au long de la saison, Jean Claude Dassier choisit l'heure des bilans pour régler ses comptes avec l'exécutif phocéen.



Le petit complot de Labrune


L'ancien directeur de l'information de TF1 n'est pas tendre avec son successeur à la tête de l'OM. Alors même que Vincent Labrune était à la base de sa nomination en 2009, Dassier l'accuse d'avoir organisé son limogeage « C'est un petit complot un peu minable, un peu pathétique. Je suis victime d'un procès destiné à habiller une volonté, non scandaleuse, celle de M. Labrune de devenir président. »



Rétablir la vérité


Derrière l'amertume liée à la fin brutale de son mandat, Jean Claude Dassier reproche également à Labrune ses propos sur une supposée mauvaise gestion financière durant la période 2009-2011 et notamment des transferts trop onéreux : « (ce) procès contre nous a surpris tout le monde, d'autant que ce cher Labrune expliquait que je n'étais qu'une marionnette, que le vrai patron, c'était lui » explique Dassier en faisant référence au poste de président du Conseil d'administration du club de Labrune.



La déception Deschamps


L'ancien président de l'OM a encore en travers de la gorge l'attitude de Didier Deschamps lors de son départ. Dès le moment de son éviction, Jean Claude Dassier n'a plus eu de contact avec l'entraineur marseillais « qu'il se soit associé au petit complot [...] je veux bien. Ce ne sont plus mes affaires. Mais qu'il n'y ait pas eu un mot, un SMS, après deux ans de collaboration, c'est quelque chose que je ne peux pas comprendre


Malgré cette expérience terminée de manière délicate, Dassier se laisse l'opportunité de revenir à la tête d'un club ambitieux à condition qu'il « mise sur la formation et un recrutement malin. »