Dans l'actualité récente

OM : Eydelie en veut toujours à l'équipe de 93

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par La REDACTION|Ecrit pour TF1|2013-05-23T17:26:00.000Z, mis à jour 2013-05-23T17:29:26.000Z

Champion d'Europe avec l'Olympique de Marseille en 1993, Jean-Jacques Eydelie se montre encore amer envers ses anciens coéquipiers vingt ans plus tard. L'affaire VA-OM est passée par là.

A l'occasion des vingt ans de la victoire de Marseille en Coupe d'Europe, Jean-Jacques Eydelie a accordé une interview à 20 minutes où il explique son état d'esprit aujourd'hui. Malheureusement pour lui, l'ancien milieu de terrain a plus été marqué par l'affaire VA-OM que par le sacre continental. Morceaux choisis...

« Ils auraient pu me donner un coup de main »
Appelé à témoigner dans le cadre de l'affaire VA-OM et devenu persona non grata, Jean-Jacques Eydelie estime avoir été abandonné par ses anciens coéquipiers : « A part Eric Di Meco qui répond tout le temps à mes appels, Bernard Casoni et Manuel Amoros, je n'ai pas eu de relation avec qui que ce soit. Rien. J'ai fait l'effort pendant plusieurs années de reprendre contact pour leur demander éventuellement de me donner un coup de main. Mais je n'ai pas eu de retour. Dans cet effectif, il y a des gens très bien placés. Je pense qu'ils auraient pu me donner un coup de main. »

« Ce n'est pas une grande famille »
Bien qu'il affirme être « passé à autre chose » et n'avoir « ni haine ni rancœur », Jean-Jacques Eydelie se montre véritablement marqué par cette « histoire assez lourde ». Aujourd'hui entraîneur de Bonifacio en DH, il ne peut s'empêcher de revenir sur l'affaire VA-OM : « Disons qu'il y a quelque chose qui gêne dans tout ça... On sait très bien ce que c'est. Le moins gêné avec ça, c'est moi. Eux sont gênés de me rencontrer. Je ne sais pas. Nous étions une grande bande de copains à l'époque. Mais aujourd'hui, ce n'est pas une grande famille. »

« Fabien Barthez avait oublié ses gants »
Et la finale de 93 remportée par l'OM face au Milan AC (1-0) ? Jean-Jacques Eydelie en parle quand même un peu : « J'ai un souvenir assez rigolo. Fabien Barthez avait oublié ses gants à l'hôtel. Très cool, très relax, il s'est rendu compte de cela. C'était du Fabien tout craché. J'ai aussi été marqué de voir Jean-Pierre Papin sur le banc adverse qui désirait plus que tout gagner cette finale alors qu'il était à Marseille l'année d'avant. »

L'anniversaire de ce succès en C1 n'a pas le même goût pour tous les anciens joueurs de l'OM.