OM - Franck Passi : « On a quand même vu une équipe sur le terrain »

Voir le site Téléfoot

Franck Passi - Téléfoot
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-08-15T13:28:10.435Z, mis à jour 2016-08-15T13:37:29.889Z

Franck Passi s'est exprimé sur le match de dimanche face à Toulouse. Il est apparemment confiant pour la suite de la saison.

L’Olympique de Marseille a quitté la pelouse du Vélodrome avec un piètre match nul symbolisé par les sifflets du public. Mais Franck Passi, l’entraîneur phocéen, ne semble pas s’alarmer de la situation. Il est même plutôt confiant.

1 seul des 17 derniers matchs remporté à domicile

Beaucoup de choses ont changé à l’intersaison. Mais certaines restent visiblement gravées dans le marbre. Les difficultés que rencontre l’OM à domicile en sont une. Sur ses dix-sept derniers matchs joués à domicile en championnat, il n’en a remporté qu’un seul pour 12 nuls, dont celui de dimanche soir face à Toulouse. Face à cette énième prestation décevante, les supporters ont gratifié leurs joueurs d’une broncha, sans doute pas la dernière. Mais, loin des bruits, dans le silence de la zone mixte, Franck Passi ne s’est pas montré inquiet.

« Ce match aurait pu basculer en notre faveur »

Dans des propos relayés par l’Equipe, Franck Passi explique, « Par rapport aux joueurs qui ne sont pas encore au top de leur forme et alors que certains sont arrivés il y a moins d’une semaine, par rapport aux occasions de la deuxième période, par rapport à la pression qu’on a mise sur le but adverse, ce match aurait pu basculer en notre faveur. » Il n’a pas tout à fait tort eu égard aux loupés de Gomis et au poteau de Cabella. Mais le niveau global affiché par son équipe ne lui donne pas raison non plus.

« On a quand même vu une équipe »

Franck Passi se range logiquement derrière la nécessité de reconstruire pour expliquer les difficultés rencontrées, « Défensivement, en première mi-temps, on a eu quelques pertes de balle qui font qu’on a perdu un peu confiance, cela nous a mis dans un mode fébrile. Mais on a quand même vu une équipe sur le terrain, et ce n’était pas évident. Douze joueurs sont partis. Aligner des noms, c’est évident. Créer des automatismes c’est moins simple. » Il doit se dire que l’OM ne pourra pas faire pire. Mais il oublie que ce n’était que Toulouse en face...