Dans l'actualité récente

OM : Labrune n'envie rien au PSG

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-03-01T14:07:00.000Z, mis à jour 2012-03-01T14:12:01.000Z

Le président de l'Olympique de Marseille se confie dans le prochain numéro de So Foot. Satisfait de son bilan depuis son arrivée à la présidence de l'OM en juin 2011, Vincent Labrune n'oublie pas d'adresser un tacle aux nouveaux dirigeants du PSG.

Marseillais d'adoption et non de naissance, le président de l'OM sait pourtant comment parler aux supporters olympiens.




La rivalité entre Paris et Marseille n'est plus aussi virulente qu'à l'époque de Bernard Tapie mais cela n'empêche pas le président phocéen d'égratigner le club de la capitale. Considérant l'OM comme le seul « grand club » Labrune s'attaque indirectement à la nouvelle direction qatarie du PSG : « C'est un Real Madrid qui joue le championnat de France » estime-t-il tout en assurant que Marseille n'est pas inférieur à l'équipe d'Ancelotti. Un parallèle avec une bande dessiné est vite trouvé selon lui : « Je vois ça comme Astérix contre les Romains ».




Malgré un début de saison très mal embarqué, l'OM est revenu dans la course pour une qualification européenne. Ce retour en forme souligne le bon recrutement marseillais selon Labrune qui a un mot doux pour chacun : « Amalfitano, il est énorme, je parie qu'il sera à l'Euro au mois de juin, N'Koulou c'est un phénomène, Morel il est très bon et Alou Diarra amène expérience et impact physique ». Pas de doute, le président de l'OM souhaite être apprécié par le vestiaire.




Depuis sa nomination par Margarita Louis Dreyfus, le successeur de Dassier a du gérer les conflits internes entre Didier Deschamps et José Anigo ainsi que les rumeurs de vente du club. Face à toutes ces polémiques, Labrune affirme qu'il ne souffre pas et rajoute un « je m'en fous » si le lecteur n'avait pas encore compris.


Actuellement 8emes de la Ligue 1, avec un match en moins, les joueurs de l'OM n'a plus le droit à l'erreur pour maintenir leurs objectifs européens et pour confirmer les propos de leur président.