Dans l'actualité récente

OM : Marcelo Bielsa aurait menacé physiquement son traducteur

Voir le site Téléfoot

Marcelo Bielsa
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2014-09-11T14:30:00.000Z, mis à jour 2014-09-11T14:38:10.000Z

Après des débuts remarqués à l'Olympique de Marseille, Marcelo Bielsa n'en finit plus de faire parler de lui. Il est aujourd'hui accusé d'avoir menacé physiquement son traducteur.

On nous promettait du mouvement à Marseille, on ne nous a pas menti. Depuis l'arrivée de Bielsa à la tête des Phocéens, il ne se passe pas un jour sans une nouvelle histoire. Récemment, l'Argentin fracassait les décisions de Labrune, avant de révéler méticuleusement ses mensonges. Ce jeudi, une altercation avec son traducteur, Fabrice Olszewski, défraie la chronique.

« Nous allons parler, mais à coups de poing »
A Marseille, les traducteurs ne sont pas en odeur de sainteté. A son arrivée à l'OM, l'Argentin avait ramené dans ses bagages son propre staff, dans lequel figurait Fabrice Olszewski, son traducteur. Très vite, les choses dégénèrent pourtant entre eux. Avant le premier match de Ligue 1 de la saison, l'Argentin fait savoir à Olszewski qu'il ne solliciterait plus ses services, non-content de ses traductions. Pour le remplacer, el Loco fait appel à Franck Passi, son entraîneur adjoint. Si ce n'est pas son métier de base, il est capable de traduire les consignes à l'entraînement, mais pas les conférences de presse.

Bielsa criticó al Pte del Marsella "Le pedí 12 jugadores y no llegó ninguno" detrás estaba la jefa de prensa del club pic.twitter.com/ZNuHcy6mRZ

— Curiosidades Futbol (@Curiosos_Futbol) 5 Septembre 2014

Marseille se démène alors pour trouver des interprètes, allant même jusqu'à recruter le directeur d'un Hyper U. En parallèle, Fabrice Olszewski, privé de traductions, tue le temps à la Commanderie, restant un salarié à part entière du club. D'après Le Point, Bielsa l'aurait convié fin aôut au centre d'entraînement, pour discuter avec lui. Mais très vite, le ton serait monté, et l'Argentin l'aurait menacé : « Nous allons parler, mais à coups de poing », aurait-il dit. Ne pouvant rester de marbre face à une telle situation, les dirigeants olympiens auraient ensuite réussi à faire accepter à Bielsa la présence du traducteur aux entrainements, mais pas lors des conférences de presse.

Toujours en vacances, Vincent Labrune n'a pas réagi à la situation. Il pourrait décider de sanctionner Marcelo Bielsa.