OM - Marcelo Bielsa : pourquoi est-il parti si brutalement ?

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-08-09T06:53:54.703Z, mis à jour 2015-08-09T06:53:56.752Z

Samedi soir, Marcelo Bielsa a plongé l'OM dans la crise. Après la défaite à domicile face à Caen, el Loco a annoncé sa démission. Une démission qu'il avait préparée depuis mercredi en écrivant une lettre expliquant son choix.

Un véritable séisme. Samedi soir, au sortir de la défaite face à Caen, Marcelo Bielsa a confirmé qu’il n’était pas un entraîneur comme les autres. Toujours vissé sur sa glacière, peu avare en gueulantes pendant les matchs, entêté à l’idée d’imposer son 3-3-3-1, jamais désagréable avec les arbitres… Marcelo Bielsa, c’est tout ça, le rendant aussi atypique qu’attachant. On savait qu’il ne ferait pas de vieux os à l’OM, même si son projet s’inscrivait dans la durée. Mais personne ne s’attendait à ce qu’il démissionne après une saison et un match. Pourquoi est-il parti ? Sa longue lettre adressée à Vincent Labrune est claire : le problème était contractuel.

"Je considère qu’il est nécessaire d’expliquer ma position…"
Dans son message envoyé à son ex-président, avec qui les relations ont parfois été tendues, Marcelo Bielsa a expliqué qu’un accord avait pourtant été trouvé avec ses dirigeants, "Après une série de rencontres aux mois de mai, juin et début juillet, nous avons réussi à trouver un accord sur les aspects de la prolongation pour les saisons 2015-2016 et 2016-2017, du contrat qui s’était terminé le 1er juillet 2015. À ces rencontres, en plus de vous-même (Vincent Labrune, ndlr) et moi-même, ont participé MM. Philippe Pérez et Luc Laboz. Tout était clair pour qu’aucun des points considérés ne soit revu plus tard. Il ne manquait plus que la signature." Mais les termes ont changé Tout était donc au beau fixe, Marcelo Bielsa s’apprêtait à parapher un contrat de deux années supplémentaires. Et puis… "Mercredi dernier, j’ai été convoqué par le directeur général, Philippe Perez, pour une réunion à laquelle a également participé l’avocat Igor Levine, représentant de Margarita Louis-Dreyfus. Le directeur général appartient à l’administration dont vous êtes le président et l’avocat participait pour la première fois à ce sujet. Ils m’ont informé qu’ils voulaient changer quelques points au nouveau contrat, à l’accord que nous avions déjà trouvé et tous deux m’ont dit qu’ils avaient le pouvoir et la représentativité nécessaires pour assumer les positions qu’ils allaient me transmettre. Nous avons lu tous les points de l’accord précédent. J’ai pris en compte tous les changements qu’ils voulaient introduire dans ce contrat et en regardant les points qui ne devaient pas être modifiés, je n’ai négocié avec personne, j’ai seulement écouté et après cette réunion, j’ai pris la décision que je suis en train de vous expliquer. Même si je pense que vous ne le vouliez pas, ce qui s’est passé fait partie de votre ère d’autorité et je ne sais pas si vous avez consenti ou ignoré."


"J’ai refusé plusieurs offres importantes"
Aux yeux de Marcelo Bielsa, il y a eu une rupture de confiance entre ses dirigeants et lui. A l’origine, il ne voulait pas partir de l’OM. "Comme vous le savez, j’ai refusé plusieurs offres importantes parce que je voulais rester à Marseille. Je ne le regrette pas, car je l’ai fait avec beaucoup d’enthousiasme et j’étais très attiré par ce projet. Je me suis adapté aux variations constantes du plan sportif, mais après trois mois de discussion et à deux jours du début de la compétition officielle, je ne peux pas accepter la situation d’instabilité qu’ils ont générée en voulant changer le contrat. Ma position est donc de ne pas continuer de travailler avec vous, elle est définitive. Le travail en commun exige un minimum de confiance que nous n’avons plus ; je ne voulais pas toucher la préparation du match contre Caen, voilà pourquoi j’ai attendu avant de divulguer cette lettre. S’il y a des choses légales à voir avec mon départ, je vous assure être à votre disposition pour les résoudre de manière juste et je sollicite ma participation directe à ce sujet. Je vous remercie d’avoir pensé à moi pour diriger l’Olympique de Marseille, j’ai travaillé avec de grands footballeurs et j’ai pu profiter de l’inoubliable Vélodrome et de son public." Pour sûr, il laissera un grand vide.

Abasourdi, Labrune nomme Franck Passi
Sur le site officiel du club, Vincent Labrune s’est déclaré "abasourdi", comme tous les supporters de L’OM. Après avoir rappelé qu’un accord pour la prolongation du contrat avait été trouvé, il a livré sa version, "J’ai, ce soir, du mal à comprendre comment une simple réunion, mercredi, sur des détails techniques de ce contrat avec l’avocat de l’actionnaire et mon directeur général puisse être à l’origine de ce départ précipité, alors que tous ses souhaits avaient été exaucés. L’attitude et les propos positifs de Marcelo Bielsa, jeudi, lors de sa première conférence de presse de la saison (le lendemain de cette entrevue) sont d’ailleurs en total décalage avec l’analyse publique qu’il vient d’en faire. Prenant toutefois acte de cette décision qui place le club en difficulté au moment où nous entamons le championnat par une défaite à domicile, j’ai décidé de confier à titre provisoire la direction de l’équipe à Franck Passi qui assurait jusqu’ici la fonction d’entraineur-adjoint. Je ne doute pas, et je l’ai dit aux joueurs, que la qualité et la force de caractère de notre effectif nous permettront de réaliser, en dépit du départ de Marcelo Bielsa, la bonne saison que nous avons tous préparée." Son objectif est désormais de trouver un remplaçant, et vite.