OM : Marseille et le modèle du Barça

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-11-07T15:52:00.000Z, mis à jour 2012-11-07T17:18:56.000Z

Directeur du centre de formation de l'OM, Henri Stambouli veut se calquer sur ce qui se fait de mieux en Europe selon lui, le Barça. Une politique basée sur les jeunes qui n'est pas dénuée d'ambitions.

A l'occasion d'un tchat organisé par OM.net et Google+, Henri Stambouli a répondu aux internautes supporters marseillais. Le directeur du centre de formation de Marseille a confié vouloir s'inspirer du Barça en la matière.

La méthode du Barça
Alors que les internautes évoquent les nombreux joueurs de l'équipe première du Barça issus de son centre de formation, Henri Stambouli explique volontiers ce phénomène : « La différence, c'est que Barcelone arrive à capter des joueurs étrangers d'autres continents. Ils accueillent parfois la famille au complet, c'est le moyen de prendre un joueur de moins de 18 ans. De plus, la réserve du Barça évolue en deuxième division, cela permet de faire évoluer des joueurs à un bon niveau quand un club comme l'OM est obligé de prêter certains éléments. »

Un modèle à suivre
Conscient de l'écart qui sépare les deux centres de formation, Henri Stambouli souhaite que l'OM s'inspire de ce que fait le Barça : « Barcelone forme des joueurs, joue la Champions League tous les ans et parfois la gagne. C'est un exemple, mais le budget du centre de formation du Barça est dix fois supérieur au nôtre. Il ne faut pas rêver, mais on a pris ce club comme modèle car il a des résultats au niveau européen. Il faut former des jeunes qui puissent jouer et être des futures vedettes. C'est un processus long qui commence à porter ses fruits. »

« Garder une identité forte »
Dans cette optique, le directeur d centre de formation de l'OM admet aussi que Marseille ne peut pas toujours appliquer les recettes des grands clubs, comme de recruter de prometteurs joueurs étrangers : « Les grands clubs européens investissent de grandes sommes d'argent, entre 100 000 et 1 million d'euros pour des joueurs de 15, 16 ou 17 ans. On n'est pas en capacité de le faire pour le moment. C'est pourquoi nous nous sommes focalisés sur le bassin régional. On se concentre sur la région pour garder une identité forte. »

L'OM va donc tenter de démontrer que le pragmatisme n'est pas incompatible avec de grandes ambitions.